Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2016

"LA MAISON DU PENDU" DE CEZANNE

Paul Cézanne ne donna pas lui-même le titre de La Maison du pendu (1873) à sa toile. On ne sut jamais qui s'était pendu dans cette triste demeure d'Auvers-sur-Oise.

 


Malgré le ciel bleu, la richesse des nuances automnales, la maison reste macabre à cause de son isolement, des fenêtres obscures, de la porte close. Aucune vie humaine ou animale aux alentours.

 


Paul Cézanne utilisa le couteau à palette pour recouvrir chaque pouce de sa toile d'épaisses couches de peinture opaque qui lui donnèrent son aspect rugueux.

 


La Maison du pendu est admirable par son originalité d'expression, par la mélancolie, je dirais même le désespoir, qui s'étend sur les toits, les murs, les arbres.

 


Cette morosité n'empêcha pas que ce tableau de Cézanne fut l'un des rares à être exposé du vivant du peintre et acheté à la Première Exposition impressionniste, en 1874, par le comte Doria. Il connut encore plusieurs acquéreurs.

 

la maison du pendu,cézanne,auvers-sur-oise,maison macabre,couteau à palette

 

La Maison du pendu de Paul Cézanne.

 

Les commentaires sont fermés.