Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2016

"LA GRECE EXPIRANT SUR LES RUINES..." PAR DELACROIX

La Grèce expirant sur les ruines de Missolonghi par Eugène Delacroix

 


Parmi les thèmes helléniques choisis par Eugène Delacroix, voici un tableau qui lui fut inspiré par la chute, en avril 1826, de Missolonghi, ville où le poète anglais Lord Byron vint soutenir physiquement et financièrement les insurgés grecs combattant pour leur indépendance, Missolonghi où ce grand poète provocateur et rebelle mourut en 1824.

 


La Grèce, personnifiée par une jeune femme portant tunique blanche et vêtement sombre largement ouverts sur sa poitrine, écarte légèrement les bras en un geste d'impuissance, de don ultime. Elle est à demi agenouillée sur les ruines ensanglantées qui écrasent son peuple à l'agonie.

 


Les couleurs sombres de cette toile, avec un arrière-plan où se confondent fumées, nuages et brumes, intensifient le malaise éprouvé face à la personnification quasi virginale de la Grèce torturée.

 

(Écrit par Améthyste)


 

la grèce expirant sur les ruines de missolonghi,delacroix,ruines ensanglantées,lord byron


La Grèce expirant sur les ruines de Missolonghi (1826-1827)

par Eugène Delacroix.

01/12/2016

"DANTE ET VIRGILE AUX ENFERS" PAR DELACROIX

Eugène Delacroix choisit son thème dans l'œuvre poétique de Dante Alighieri, l'Enfer, l'une des parties de la Divine Comédie, où Dante, accompagné de Virgile, parcourt les neuf cercles concentriques de ce sombre royaume. Un ami de Delacroix lui en lit parfois des passages tandis qu'il peint.



Eugène Delacroix va peindre la scène où les deux poètes traversent le lac entourant la ville infernale de Dité. Les damnés, nus, s'accrochent à la barque pour tenter de monter à bord. En deux mois et demi, à raison de douze ou treize heures par jour, la toile est prête pour le Salon de 1822.


"Le tableau relève directement du Radeau de la Méduse, à tel point qu'on prétendit que Géricault y avait mis la main. Mais la personnalité du jeune homme s'y affirme, originale. Il sent combien le drame, le paroxysme d'une situation ouvrent carrière à l'intensité qui sera l'essence même de son art. Il reste fidèle à la composition des corps nus ou drapés mais les plonge dans une atmosphère faite de ténèbres et de brumes étouffantes.  Lumières et couleurs ne concourent plus à préciser la forme ; elles s'associent pour créer un chant d'envoûtement. L'oppressante tristesse des tons froids, gris et bleus, est déchirée par le cri douloureux des rouges, comme le brouillard lourd et livide qui bouche l'espace est troué par le rougeoiement de la ville infernale en flammes. [...] Dans cette figuration de l'instable et du menaçant, du fluide rebelle à toute prise et à toute fixité, sans cesse en mouvement comme la vie, se prêtant aux emportements et déchaînements dévastateurs, l'imagination a pressenti une équivalence des instincts qui clapotent, tournoient, s'élancent au fond de l'être."

 

Les damnés reflètent l'image de l'humanité. Chacun est emporté par ses passions, hurle ses désespoirs, clame ses souffrances...


(Bibliographie : Delacroix ou le combat solitaire par René Huyghe de l'Académie française. Éditions Robert Laffont, 1990).

 

(Écrit par Améthyste)

 

delacroix,dante et virgile aux enfers,la barque de dante,damnés


 
Dante et Virgile aux enfers ou la Barque de Dante (1822) par Eugène Delacroix.

 

24/11/2016

"PANNEAU POUR L'HOTEL PARTICULIER..." PAR BOGAIEVSKI

Panneau pour l'hôtel particulier de N. P. Riabouchinski par Constantin Bogaïevski


Dans cette œuvre du peintre russe Constantin Bogaïevski (1872-1943), les nuances de marron, des plus claires aux plus sombres, dominent : les arbres et leurs racines apparentes, les troncs, la terre, la rivière elle-même où se reflètent des arbres aux frondaisons brunes, plantes, cailloux, jusqu'aux cieux et aux nuages, tout est couleur de caramel, de chocolat.


Dans un tronc d'arbre dont la masse colossale s'étire pour atteindre les nuages, des gradins quasiment infranchissables conduisent d'une façon on ne peut plus improbable jusqu'à un palais construit au sommet du tronc gigantesque, repaire d'un amant de la Solitude. Monde fascinant, site irréel, univers inaccessible dédié à la spiritualité la plus élevée, demeure d'un ermite... Rêves d'un peintre qui prévalent sur la réalité. Désir d'entrer dans cette œuvre fascinante et d'y vivre loin des mille agressions de l'existence...

 

(Écrit par Améthyste)

 

 

constantin bogaïevski,peintre russe,panneau pour l'hôtel particulier de n.p. riabouchinski,palais au sommet d'un tronc gigantesque

 

 

               Panneau pour l'hôtel particulier de N. P. Riabouchinski

                                  par Constantin Bogaïevski.

 

16/11/2016

"JUMENTS ET POULAINS" PAR GEORGE STUBBS

George Stubbs (1724-1806), peintre animalier anglais, s'est surtout intéressé aux chevaux - il fut l'un de leurs meilleurs peintres - ainsi qu'aux sports équestres.

 

Par l'intermédiaire de la gravure, son influence s'exerça sur Géricault et Delacroix.

 


Le tableau Juments et poulains dans le paysage, qui fait partie d'une série d'œuvres : Juments et poulains (1760-1770), offre une vision empreinte de sérénité. Le paysage est légèrement flou à l'arrière-plan. Les chevaux, si paisibles, sont d'une grande beauté.

 

 

 

(Écrit par Améthyste)

 

 

 

stubbs_juments.jpg

 

                        Juments et poulains dans le paysage par George Stubbs.

10/11/2016

HAROUN TAZIEFF ET LES SISMOGRAPHES EN FOLIE

Haroun Tazieff (1914-1998), géologue, volcanologue, ingénieur agronome, auteur de livres de vulgarisation et réalisateur de films documentaires, naquit à Varsovie, en Pologne. Son père venait du Turkestan et sa mère de Dvinsk, au sud des pays baltes. Il passa sa petite enfance en Géorgie où sa mère et lui faillirent mourir de faim dans l'Union soviétique naissante. Son père fut tué lors des premiers combats. La mère et l'enfant se réfugièrent en Belgique où Haroun fit ses études.

 

"Étudiant en agronomie et géologie à l'université de Bruxelles et de Liège, il découvre l'alpinisme sur les splendides falaises de la Meuse." (Jean Lacouture)

 

En 1948, il fut le témoin de sa première éruption volcanique, au Congo, sur la rive nord du lac Kivu, l'éruption du Nyamlagira. Une expérience foudroyante !

 

Pour Haroun Tazieff, de nationalité russe, puis naturalisé belge (ensuite naturalisé français), le roi des Belges Léopold III créa, en 1957, le Centre national de volcanologie. Tazieff sera, par la suite, à l'origine de l'Institut international de recherches volcanologiques à Catane, en Italie. 

 

Laissons sa femme, France Tazieff, nous parler de celui qui était surnommé Garouk.

[J'aimais me promener avec Garouk. Il m'émerveillait par sa connaissance des insectes et par la beauté qu'il découvrait en eux. J'ai aussitôt ressenti chez lui ce désir, qui l'animera toute sa vie, de partager son savoir et ses enthousiasmes.

Non seulement il était un athlète, un amoureux de la nature, un scientifique, mais il était aussi épris de peinture, au point d'avoir voulu y consacrer sa vie. À la fin de ses études d'agronomie, il avait passé près de vingt mois à peindre. Il avait renoncé quand il avait réalisé que, pour vivre de sa peinture, il fallait plaire. Or il tenait par-dessus tout à son indépendance.

Engagé volontaire dans l'armée belge, Garouk devait rentrer en Belgique. En partant, il me dit simplement : "Venez me voir à Bruxelles, je vous montrerai les peintures de nos musées."]

 

Venons-en à l'anecdote qu'Haroun Tazieff nous conte lui-même :

"Un jour, à l'Etna, n'ai-je pas vu des sismographes en folie tracer d'une aiguille rageuse d'invraisemblables secousses qui laissaient pantois le sismologue de service ? Burlesque phénomène qui, n'eût été ma curiosité pastorale, aurait pu faire l'objet d'une savante publication. Descendant le long de la piste qui menait aux appareils détecteurs, je découvris un troupeau de chèvres en train de brouter les câbles électriques reliant les enregistreurs ; toutes ces mesures nécessitant un matériel sophistiqué, souvent fragile et supportant mal un séjour aussi fumeux !"

 

(Bibliographie : Haroun Tazieff, une vie de feu. Témoignages recueillis par France Tazieff et Jean Lacouture - Éditions Glénat, Grenoble, 2004).

 

(Écrit par Améthyste)

 

 

haroun tazieff,géologue,volcanologue,etna,éruption volcanique,sismographes,institut international de recherches volcanologiques

 

                                          Haroun Tazieff (Etna)

    Site : http://mountain.wilderness.pagesperso-orange.fr/garants/tazbis.htm