Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2017

"CERES" PAR JAN BRUEGEL DE VELOURS

 

Mutine, Cérès me rappelle que je lui ai dédié, outre une présentation trop brève dans "la dynastie Bruegel, peintres flamands", un article consacré à sa seule déité. Le voici :

 

Cérès, la déesse romaine des Moissons, de la Terre, de l'Agriculture et de la Civilisation (assimilée à la déesse grecque Déméter), inspira Jan Bruegel, dit Bruegel de Velours, peintre flamand, qui la représenta capiteuse, généreuse, portant une coupe de fruits très colorés.


Dans les cheveux de Cérès, coquelicots et autres jolies fleurs des champs voisinent avec des épis. Bruegel l'a peinte richement parée de bijoux. Le regard de la déesse est attentif, probablement attiré par ceux qui vont recevoir son offrande. Je ne serais pas surprise de la voir esquisser un sourire.



Bruegel de Velours réalisa avec une finesse de miniaturiste des scènes mythologiques ou d'allégories et des tableaux de fleurs. Il exécuta aussi des fonds de paysages pour Rubens.

  

(Écrit par Améthyste)

 

bruegel_velours_ceres.jpg

  

                                Cérès par Bruegel de Velours.

07/07/2016

"MARS DESARME PAR VENUS..." DE DAVID

Mars désarmé par Vénus et les Grâces, provocation que ce tableau aux proportions gigantesques (3,08 m x 2,65 m), réalisé par le peintre français Louis David ! Il a soixante-treize ans lorsqu'il entreprend cette œuvre, sa dernière grande huile sur toile, qu'il achève trois ans plus tard, en 1824. Il meurt à Bruxelles en 1825 s'étant exilé en Belgique au retour des Bourbons.

 



Le thème est idéaliste : la guerre vaincue par l'amour et la beauté. Les couleurs sont audacieuses et éclatent dans le décor surréaliste d'un temple flottant sur les nuages. Mars, le dieu romain des Combats, se laisse complaisamment dépouiller de son épée qu'il tend lui-même aux Trois Grâces, filles de Zeus : Euphrosyne, Aglaé et Thalie. L'une d'elles s'est saisie du casque du dieu Mars, une autre lui verse du nectar, et la troisième s'empare de son bouclier et d'un arc.

 


Pendant ce temps, Cupidon, taquin selon son habitude, délace les sandales du guerrier qui tient nonchalamment un javelot, pensant ainsi préserver sa dignité... Vénus, déesse de l'Amour, remplace les armes du dieu belliqueux par des couronnes de fleurs tandis que les tuniques gisent sur la couche où Vénus et Mars offrent l'harmonie de leurs nudités auxquelles les Trois Grâces n'ont rien à envier.

 

mars désarmé par vénus et les grâces,louis david,huile sur toile,idéalisme,dieu mars,euphrosyne,aglaé,thalie,cupidon


               Mars désarmé par Vénus et les Grâces (1824) par Louis David
                    (Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles). 

03/03/2016

LE CHATIMENT DE PROMETHEE DE J. JORDAENS

Le Châtiment de Prométhée de Jacob Jordaens


Jacob Jordaens, peintre flamand (vers 1593-1678) influencé par Rubens, le Caravage, Bassano, demeura profondément naturaliste.


Le mythe de Prométhée inspira de nombreux écrivains et penseurs : Hésiode, Eschyle dans l'Antiquité, Byron, Shelley et Gide dans les temps modernes.


Prométhée, un Titan, déroba dans le ciel le feu pour le transmettre à l'humanité. Zeus le condamna à être enchaîné sur le Caucase, où un aigle -attribut de Zeus et pouvant tenir la foudre dans ses serres- vint chaque jour lui ronger le foie qui se recréait sans cesse. Héraclès mit fin au terrible supplice de Prométhée en tuant l'aigle d'une flèche.

 

jacob jordaens,peintre naturaliste,le châtiment de prométhée,titan,aigle,caucase,zeus

                            Le Châtiment de Prométhée (1640) de Jacob Jordaens.

19/02/2016

"BACCHANALE A LA JOUEUSE DE GUITARE" DE N. POUSSIN

Nicolas Poussin, peintre du XVIIe siècle qui réalisa de nombreuses œuvres mythologiques, représenta dans cette toile une fête célébrant Bacchus, le dieu romain du vin, de la vigne et des délires mystiques.

 


Bacchus (le dieu grec Dionysos) est le fils de Jupiter et de la princesse de Thèbes, Sémélé. À la mort de Sémélé, foudroyée pour avoir voulu contempler son auguste amant dans toute sa splendeur, Jupiter cache le fœtus dans sa cuisse jusqu'à ce que l'enfant soit prêt à naître.

 


Bacchus, dieu des fleurs, du lierre, des arbres, devient tout naturellement le dieu des vignobles, de la sève végétale et de la fécondité virile. Les boucs et les Satyres, demi-dieux mi-hommes mi-boucs, sont les éléments mâles de son cortège, composé aussi de Ménades, les prêtresses divines, et de Bacchantes, les prêtresses humaines.

 


La "Bacchanale à la joueuse de guitare" réunit quelques femmes et hommes aux tuniques très colorées et des enfants prenant part, eux aussi, à cette fête de la Vigne tout en écoutant la joueuse de guitare, alors que des nuages sombres s'amoncellent au-dessus de cette scène encore bien innocente.

 

bacchanale à la joueuse de guitare,nicolas poussin,peintre,oeuvres mythologiques,bacchus,bacchantes,fête de la vigne


      "Bacchanale à la joueuse de guitare" (vers 1630) de Nicolas Poussin.

22/01/2016

"VENUS AU VOILE" DE CRANACH

Lucas Cranach l'Ancien (1472-1553), peintre et graveur allemand, réalise une œuvre abondante et parvient rapidement à la tête d'un important atelier. Devenu peintre de la cour de Saxe, à Wittenberg, il modifie son style de façon surprenante. Les tableaux de ses débuts, robustes, dépourvus de conventions, cèdent la place à une peinture plus gracieuse, plus séduisante. Il conçoit des tableaux religieux, des scènes bibliques, mythologiques, des portraits de princes et de grands bourgeois.

 


Frédéric le Sage emploie parfois son peintre officiel à des missions diplomatiques. En 1508, il envoie Cranach aux Pays-Bas. Ce voyage lui ouvre les yeux "sur la beauté du corps féminin, le nu devient un de ses sujets favoris. Il peint sa première Vénus dès 1509, et c'est la première que l'on rencontre dans l'art du nord de l'Europe. Il la voit encore sous les traits d'une femme pleinement épanouie, un peu lourde. Au cours des ans, les nus de Cranach se feront toujours plus graciles, plus juvéniles, les visages encadrés de boucles fines ou de résilles de perles - plus tard ils seront ombragés de grands chapeaux de chevaliers ou de lansquenets aux longues plumes flottantes. [...] Pour lui, Vénus n'est pas la sculpturale déesse de la beauté chère à la Renaissance italienne, c'est une femme de chair - attirante et lointaine, à la fois nue et voilée de secret - qui regarde le spectateur d'un œil séducteur."

 

(Bibliographie : Cranach de H. Kuenzel. Flammarion, 1967).


 

vénus au voile,lucas cranach l'ancien,peintre,graveur,vénus

                  

     Vénus au voile (1532) de Lucas Cranach l'Ancien (peint sur hêtre pourpre).