Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2015

"LE SOUVENIR" DE POUCHKINE

    "Le Souvenir

Lorsque pour le mortel se tait le jour bruyant,
Quand par les rues muettes de la ville
S'étend l'ombre à demi transparente des nuits
Et le sommeil, prix des labeurs du jour,
C'est alors que pour moi se traînent en silence
Les longs instants d'une veille accablante.
Dans cette nuit oisive en moi brûle plus fort
Au fond du cœur la dent de mon serpent ;
De pénibles pensers, des rêveries se pressent
Dans mon esprit écrasé par l'angoisse.
Le souvenir déploie devant moi sans un mot
Son long rouleau, son parchemin sans fin.
Et relisant ma vie, écrasé de dégoût,
Je ne sais plus que trembler et maudire.
Et, amer, je me plains, mais les larmes amères
N'effacent pas les lignes douloureuses."

(Pouchkine)

(Traduction de Jean-Louis Backès. Bibliographie : Pouchkine par Jean-Louis Backès. Éditions du Seuil, 1966).

 

le souvenir,pouchkine,poème

    

             "Les Adieux de Pouchkine à la mer" (1877) de Répine et Aïvazovsky.

Les commentaires sont fermés.