Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2013

JEROME BOSCH

Jérôme Bosch (vers 1450-1516) est un peintre brabançon, issu d'une famille de peintres. Il commence à travailler sous le signe du gothique international.


Il peint à l'huile sur panneaux et ses premières œuvres dénotent une puissante vigueur. À sa maturité apparaissent une nouvelle gamme chromatique, des plans juxtaposés verticalement, des touches audacieuses, comme dans "la Nef des fous".


Vers 1500, il compose des triptyques, tels "le Chariot de foin", "le Jardin des délices", "la Tentation de saint Antoine"... À travers ses toiles faisant appel à l'alchimie, à la magie, au mystique, aux diableries et farces, se révèle la lutte du Bien et du Mal qui exprime tout le malaise de cette fin du Moyen Âge.

  

jerôme bosch,peintre,gothique international,triptyques

 

                                      "La Nef des fous" (vers 1500) de Jérôme Bosch.

  

23/11/2013

POUCHKINE

Aleksandr Serguelevitch POUCHKINE (1799-1837).



Cet écrivain russe, qui reste fidèle à l'image de l'inspiration offerte par la tradition classique, est un fonctionnaire impérial sanctionné pour ses idées libérales. Lors de ses exils il connaît les périodes les plus fécondes de son activité poétique.

 

C'est en exil qu'il écrit le Prisonnier du Caucase et la Fontaine de Backhtchissaraï. Récidiviste, en résidence surveillée durant deux ans, il travaille à ses deux chefs-d'œuvre, le drame Boris Godounov et le roman en vers Eugène Onéguine.


"... la manière favorite de Pouchkine consiste à raconter. De la ballade au roman, en passant par la tragédie et la nouvelle en prose ou en vers, son œuvre se compose presque uniquement de récits [...] Un des thèmes les plus constants de la poésie de Pouchkine est le thème du remords ; il reflète le caractère double de la vie que mène le poète. À l'heure où le don du dieu le transfigure, le souvenir revient de ces moments de souillure, de tout ce temps perdu à des folies, à des sottises, à des vanités. Mais cette ombre terrible qui se lève est à son tour liée par la magie du rythme, et il semble parfois que jamais la Muse n'a abandonné son serviteur." (Jean-Louis Backès).

 

Plusieurs projets de mariage de Pouchkine échouent : il n'est pas un bon parti. Sa fortune est médiocre, sa position ambiguë. Il doit vivre de sa plume malgré la faveur, toujours révocable, de son souverain. Il épouse tout de même la jeune Natalia Gontcharova et continue à écrire des nouvelles et des contes en prose : le Cavalier de bronze, la Dame de pique, la Fille du capitaine. Il est tué en duel à trente-huit ans.


Pouchkine, par ses œuvres où se mêlent lyrisme et réalisme, est le fondateur de la littérature russe moderne.

 

(Bibliographie : Pouchkine par Jean-Louis Backès. Éditions du Seuil, 1966).

 

pouchkine,poète,eugène onéguine,la fille du capitaine



 "Portrait d'Alexandre Pouchkine" (1827) par Vassili Tropinine.


16/11/2013

LA GENERATION PERDUE - Ernest Hemingway (suite 7)

Ernest Hemingway, écrivain américain passionné d'aventures, né à Oak Park (Illinois) en 1899, décédé à Ketchum (Idaho) en 1961, nargua la mort pendant près de cinquante ans.

 

Il fut ambulancier volontaire sur le front italien en 1917 - courageuse initiative qui lui inspira l'Adieu aux armes (1929) - et il assista à la guerre civile d'Espagne. Deux romans s'ensuivirent : la Cinquième Colonne (1938) et Pour qui sonne le glas (1940).  Nous le retrouvons correspondant de guerre en France et en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale.  

 

L'ouvrage les Vertes Collines d'Afrique (1935) révèle sa passion pour la chasse, et Mort dans l'après-midi (1932) l'attrait qu'il éprouvait pour les corridas.

 

De déception en désenchantement, exilé à Paris parmi un groupe d'écrivains américains, il reprit en tête du Soleil se lève aussi (1926) l'expression "Génération perdue" et glorifia le combat de l'homme solitaire qui se mesure corps à corps au monde et aux êtres : En avoir ou pas (1937), le Vieil Homme et la mer (1952), chef-d'œuvre où, à travers l'histoire d'un pêcheur cubain, sont rassemblés les principaux symboles de l'existence d'Ernest Hemingway : la nature, la guerre, l'héroïsme, la force morale face à l'échec et l'abandon. 

 

Il reçut le Prix Nobel de littérature en 1954. Ernest Hemingway se suicida en 1962.

 

 la génération perdue,ernest hemingway,écrivain américain,l'adieu aux armes,la cinquième colonne,pour qui sonne le glas,les vertes collines d'afrique,mort dans l'après-midi,le soleil se lève aussi,en avoir ou pas,le vieil homme et la mer

Ernest Hemingway en 1950

  

LA GENERATION PERDUE - DOS PASSOS (suite 6)

 

John Roderigo Dos Passos, écrivain américain (1896 - 1970), né à Chicago, dans l'Illinois, un des romanciers marquants de la Génération perdue, laisse éclater sa révolte dans Manhattan Transfer (1924), 42e Parallèle (1930), la trilogie U. S. A. (1930 - 1936), la Grosse Galette (1936).

 

Son style, véritable cri de rage contre la société américaine, mêle divers genres d'écriture : reportages, poèmes, chansons, pour dépeindre  cette société capitaliste qui le déçoit tant. Il exprime aussi ses désillusions politiques dans le Grand Dessein (1949).

 

(À suivre)

 

John Roderigo Dos Passos

dos_passos.jpg

LA GENERATION PERDUE - FRANCIS SCOTT FITZGERALD (suite 5)

 

Francis Scott Fitzgerald, écrivain américain (1896 - 1940), né à Saint-Paul, dans le Minnesota, exprima ses désillusions, celles de la "Génération perdue", le désenchantement de l'après-guerre, dans ses romans et nouvelles où le rêve américain, image de l'espoir fictif d'un monde meilleur, se heurte à la magnificence entachée de grisaille de la modernité avec, en toile de fond, une satire des États-Unis au temps des années folles : 

 

. Gatsby le Magnifique (1925) ;

. Tendre est la nuit (1934) ;

. le Dernier Nabab (1941).

 

(À suivre)

 

fitzgerald_francis_scott.jpg

Francis Scott Fitzgerald en 1937 

(Photographie de Carl van Vechten)