Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2013

LA GENERATION PERDUE - Ernest Hemingway (suite 7)

Ernest Hemingway, écrivain américain passionné d'aventures, né à Oak Park (Illinois) en 1899, décédé à Ketchum (Idaho) en 1961, nargua la mort pendant près de cinquante ans.

 

Il fut ambulancier volontaire sur le front italien en 1917 - courageuse initiative qui lui inspira l'Adieu aux armes (1929) - et il assista à la guerre civile d'Espagne. Deux romans s'ensuivirent : la Cinquième Colonne (1938) et Pour qui sonne le glas (1940).  Nous le retrouvons correspondant de guerre en France et en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale.  

 

L'ouvrage les Vertes Collines d'Afrique (1935) révèle sa passion pour la chasse, et Mort dans l'après-midi (1932) l'attrait qu'il éprouvait pour les corridas.

 

De déception en désenchantement, exilé à Paris parmi un groupe d'écrivains américains, il reprit en tête du Soleil se lève aussi (1926) l'expression "Génération perdue" et glorifia le combat de l'homme solitaire qui se mesure corps à corps au monde et aux êtres : En avoir ou pas (1937), le Vieil Homme et la mer (1952), chef-d'œuvre où, à travers l'histoire d'un pêcheur cubain, sont rassemblés les principaux symboles de l'existence d'Ernest Hemingway : la nature, la guerre, l'héroïsme, la force morale face à l'échec et l'abandon. 

 

Il reçut le Prix Nobel de littérature en 1954. Ernest Hemingway se suicida en 1962.

 

 la génération perdue,ernest hemingway,écrivain américain,l'adieu aux armes,la cinquième colonne,pour qui sonne le glas,les vertes collines d'afrique,mort dans l'après-midi,le soleil se lève aussi,en avoir ou pas,le vieil homme et la mer

Ernest Hemingway en 1950

  

LA GENERATION PERDUE - DOS PASSOS (suite 6)

 

John Roderigo Dos Passos, écrivain américain (1896 - 1970), né à Chicago, dans l'Illinois, un des romanciers marquants de la Génération perdue, laisse éclater sa révolte dans Manhattan Transfer (1924), 42e Parallèle (1930), la trilogie U. S. A. (1930 - 1936), la Grosse Galette (1936).

 

Son style, véritable cri de rage contre la société américaine, mêle divers genres d'écriture : reportages, poèmes, chansons, pour dépeindre  cette société capitaliste qui le déçoit tant. Il exprime aussi ses désillusions politiques dans le Grand Dessein (1949).

 

(À suivre)

 

John Roderigo Dos Passos

dos_passos.jpg

LA GENERATION PERDUE - FRANCIS SCOTT FITZGERALD (suite 5)

 

Francis Scott Fitzgerald, écrivain américain (1896 - 1940), né à Saint-Paul, dans le Minnesota, exprima ses désillusions, celles de la "Génération perdue", le désenchantement de l'après-guerre, dans ses romans et nouvelles où le rêve américain, image de l'espoir fictif d'un monde meilleur, se heurte à la magnificence entachée de grisaille de la modernité avec, en toile de fond, une satire des États-Unis au temps des années folles : 

 

. Gatsby le Magnifique (1925) ;

. Tendre est la nuit (1934) ;

. le Dernier Nabab (1941).

 

(À suivre)

 

fitzgerald_francis_scott.jpg

Francis Scott Fitzgerald en 1937 

(Photographie de Carl van Vechten)

 

LA GENERATION PERDUE - EDWARD ESTLIN CUMMINGS (suite 4)

 

Edward Estlin Cummings, dit E.E. Cummings (1894 - 1962), né à Cambridge, dans le Massachusetts, était un écrivain, poète, dramaturge et peintre américain.

 

Il bannissait du lyrisme de son œuvre dramatique et poétique toute logique de rythme ou de construction, se moquant de la prosodie (XLI Poems, publié en 1925) tout en apportant à ses textes beaucoup de fraîcheur et d'innovation : Tulipes et Cheminées.

 

Il fut un romancier de la Génération perdue (l'Énorme Chambrée). 

 

cummings_edward.jpg

Autoportrait de Cummings (vers 1920)

 

LA GENERATION PERDUE - Archibald MacLeish (suite 3)

 

Archibald MacLeish (1892 - 1982), poète américain né à Glencoe, dans l'Illinois, fréquentait le groupe de la Génération perdue.

 

Ses premiers recueils, dont l'Heureux Mariage, en 1924, furent marqués par l'influence d'Ezra Loomis Pound (1885 - 1972), écrivain américain dont les écrits témoignent de son refus d'une civilisation corrompue, et de Thomas Stearns Eliot (1888 - 1965), poète britannique d'origine américaine, l'un des maîtres de la nouvelle école poétique anglo-américaine.

 

Puis, Archibald MacLeish adopta  une inspiration purement américaine et plus intimiste avec, entre autres, Chansons pour Ève, en 1954.

 

(À suivre)

 

(Écrit par Améthyste)

 

macleish_archibald.jpg

Archibald MacLeish