Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2014

EDGAR ALLAN POE

Cet écrivain américain, né à Boston en 1809, connut une jeunesse instable. Enfant adopté, l'adolescent rêvait du jour où il partirait enfin pour New York, croyant qu'il y ferait fortune.



Il épousa, en 1836, sa jeune cousine, Virginia Clemm, qui mourut onze ans plus tard. Edgar Allan Poe se réfugia dans l'alcool tout en continuant à collaborer à des revues. 


Poète avec le Corbeau, il repoussa le romantisme dont il déplorait les effusions lyriques. Il conçut dans ses nouvelles un monde fantastique, morbide, et créa des constructions paralogiques, c'est-à-dire des raisonnements faux basés sur la bonne foi, qui influenceront grandement les auteurs de romans policiers.    


Quelques titres d'ouvrages de cet écrivain de littérature fantastique :
les Aventures d'Arthur Gordon Pym (1838); Histoires extraordinaires (1840) et Nouvelles Histoires extraordinaires (1845), récits fantastiques, terrifiants, parfois grotesques comme le Système du docteur Goudron et du professeur Plume.



Lorsque Edgar Allan Poe mourut, à quarante ans, son œuvre était méconnue par ses compatriotes. Elle sera révélée en Europe par les traductions de Baudelaire.



edgar_poe.jpg

Portrait d'Edgar Allan Poe

 

21/07/2014

Christian Jougla lors de la commémoration de la Grande Guerre à Laurens

À Laurens (Hérault - France), deux expositions ont eu lieu pour commémorer les cent ans de la Grande Guerre.

 

Afin d'honorer la mémoire des soldats de la Guerre de 1914-1918, la médiathèque municipale de Laurens a collecté auprès des familles des objets et documents destinés à une exposition qui s'est tenue dans la salle des associations du château.

 

"L'Office national des anciens combattants et victimes de guerre de Montpellier a également pris part à cet événement en prêtant une exposition à caractère pédagogique, ce qui a permis aux jeunes générations, et notamment aux élèves de l'école primaire, de venir découvrir ou approfondir leurs connaissances sur ce tournant de l'Histoire." (Extrait du Midi Libre du 10 juillet 2014 : "Les souvenirs de 1914 alimentent le devoir de mémoire").

 

Le dernier jour, l'exposition a été transférée à la salle de l'Oliveraie à la Maison de retraite où "Christian Jougla, écrivain, homme de théâtre et occitaniste originaire de Gabian, a prêté sa voix pour lire à tous quelques lettres écrites par des Poilus." (Midi Libre).

 

 

christian jougla,laurens (hérault),commémoration de la guerre de 1914-1918,expositions d'objets et documents de la grande guerre,lettres de poilus

Soldats français près de Verdun en 1916

 

18/07/2014

ECRIVAINS ET... RATURES

Ah ! ces satanées corrections ! En auront-elles provoqué des nuits blanches, de longues heures passées à chercher le mot juste, le synonyme, la formule qui allègera cette phrase alourdie au point de faire pâlir sur leurs pages des écrivains tels que Balzac, Flaubert et bien d'autres...



Balzac, l'auteur de la Comédie Humaine, Hercule de la littérature "a donné l'exemple du travail le plus acharné, le plus colossal, le plus invraisemblable qu'un homme de lettres ait jamais réalisé. [...] 


Balzac rédigeait facilement, sans hésitations, sans retouches. Lorsqu'il se relisait, son esprit en ébullition n'apercevait pas grand'chose à refaire. Il envoyait donc son manuscrit à l'éditeur. Celui-ci lui adressait une épreuve. Alors commençait l'horrible labeur. Dégrisé par l'imprimerie, Balzac était obligé de faire sur les épreuves la refonte qu'il n'avait pas faite sur le manuscrit. Il remaniait son livre d'un bout à l'autre et arrivait à corriger son style autant que les plus exigeants prosateurs. Il croyait en avoir fini ; une deuxième épreuve amenait la même désillusion.


Il en épuisait ainsi une douzaine, et cette besogne dura vingt ans ! Il se perdit un jour dans les corrections d'Eugénie Grandet, tomba dans une crise de désespoir et voulut brûler les meilleures pages du livre." (Antoine Albalat).

 

corrections littéraires,balzac,flaubert

 

                             "Balzac" par Maxime Dastugue d'après Louis Boulanger.                          



Voyons maintenant les tortures qu'infligeaient à Flaubert les corrections de ses textes :



"Flaubert a incarné le travail. Aucun artiste n'a été plus longuement supplicié par les délices du style. C'est le Christ de la littérature. Pendant vingt ans il a lutté contre les mots, il a agonisé devant les phrases. Il est mort foudroyé, la plume à la main. Son cas a été légendaire. Tout a été dit là-dessus. Sa soif de perfection, ses cris d'angoisse, l'unité magnifique de cette existence exclusivement vouée au culte de l'art, ont fait l'objet de nombreuses études, et resteront à jamais pour la critique un sujet d'admiration et de pitié. Tous les grands écrivains ont travaillé. Celui-ci s'est tué à la tâche."

 

(Bibliographie : Le Travail du Style enseigné par les corrections manuscrites des grands écrivains d'Antoine Albalat. Ouvrage couronné par l'Académie française (Prix Saintour). Librairie Armand Colin, Paris, 1921).


 

corrections littéraires,balzac,flaubert

 

 

                       Portrait de Gustave Flaubert par Eugène Giraud.

12/07/2014

PROSE ET TRAVAIL LITTERAIRE

Certains écrivains semblent posséder un style d'une facilité élégante, continue, classique, limpide, coulant de source. George Sand, qui raturait rarement une page, disait à Flaubert : "Au fond, tu lis, tu creuses, tu travailles plus que moi et qu'une foule d'autres. tu es plus riche cent fois que nous tous; tu es riche et tu cries comme un pauvre."

 

On oublie trop souvent qu'écrire est un art avec ses secrets, ses procédés, ses règles, la connaissance de "ses" auteurs, ses découvertes personnelles, sa manière de percevoir, un art où chaque mot doit être étudié, pesé, choisi avec soin. Théophile Gautier "griffonnait ses phrases sans préparation, sans peine, au hasard de la plume, partout où il se trouvait. On ne saurait écrire plus brillamment ni plus vite. [...] Rien n'interrompait sa verve, ni les conversations, ni le bruit, ni les visites. Il reprenait tranquillement sa besogne au point où il l'avait laissée. Il crayonnait même dans la rue, au milieu des passants et des voitures. [...] On lui reproche des abus d'épithètes, sa syntaxe désordonnée, l'efflorescence et la surcharge de ses descriptions." 

 

style littéraire,george sand,théophile gautier,madame de staël

     

                                                      Théophile Gautier. 



La trame de l'œuvre de Madame de Staël se faisait par la causerie. Elle rédigeait un chapitre tous les matins, en parlait pendant la soirée, et le lendemain terminait le chapitre. "Le talent de Mme de Staël étincelait dans la conversation. Rien ne valait l'ardeur de sa parole. Avide de savoir, rapide à s'assimiler, elle lisait les livres comme elle parcourait l'Allemagne, allant aux gens célèbres, les interrogeant, les déconcertant, leur empruntant à tous quelque chose."


 

(Bibliographie : Le Travail du Style enseigné par les corrections manuscrites des grands écrivains d'Antoine Albalat. Ouvrage couronné par l'Académie française (Prix Saintour). Librairie Armand Colin, Paris, 1921).

 

               

style littéraire,george sand,théophile gautier,madame de staël

 

                                  "Madame de Staël".

05/07/2014

"LE PAYSAGE AUX TROIS ARBRES" DE REMBRANDT

Rembrandt possédait une parfaite maîtrise de toutes les techniques de la taille-douce. Avec un immense talent il jouait de la combinaison de ces diverses techniques et obtenait ainsi ces effets de clair-obscur.

"Le Paysage aux trois arbres" (1643), où dominent tout particulièrement ces jeux de clair-obscur, révèle une rare puissance de suggestion. Il s'agit d'une eau-forte, pointe sèche et burin, qui se trouve au Musée Condé, à Chantilly.

 

le paysage aux trois arbres,rembrandt,estampes,eau-forte,taille-douce,clair-obscur

 

              

                 "Le Paysage aux trois arbres" (1643) de Rembrandt.