Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2016

"L'ATELIER DU PEINTRE" DE COURBET

Gustave Courbet (1819-1877), que l'on nomme souvent "le Maître d'Ornans" (Doubs), où il est né de parents propriétaires terriens, réalise en 1855 L'Atelier du peintre qu'il sous-titre Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale.

 



Dans ce tableau figurent le théoricien politique Proudhon, considéré comme le fondateur de l'anarchisme (au fond, troisième personnage à droite du modèle), l'écrivain Champfleury, défenseur de l'esthétique réaliste (assis), et le poète Baudelaire lisant.

 

 

"Courbet, par l'accouplement hardi de ces deux mots incompatibles : allégorie réelle, a voulu signifier qu'il entendait présenter au public, sous une forme tangible, les idées auxquelles il a appliqué ses réflexions depuis 1848, et dont il a proposé des solutions ou des réalisations dans ses œuvres, en même temps que, par reconnaissance, il groupait autour de lui les amis qui l'ont soutenu et encouragé dans sa lutte pour faire triompher ses théories."

 


Le jury de l'Exposition universelle de 1855 refuse ce tableau et déclare qu'il faut arrêter à tout prix les tendances en art de Gustave Courbet, qui sont désastreuses pour l'art français.



Le peintre expose ses tableaux refusés dans un baraquement à proximité de l'Exposition. Une enseigne est placée sur la porte de sa "baraque" :

                                              "Le Réalisme
                                               G. Courbet
                             Exhibition de 40 tableaux de son œuvre.
                                        Prix d'entrée : 1 franc."  

 

(Bibliographie : Courbet par Georges Riat. Sirrocco, London, 2006. Confidential Concepts, worldwide, USA, 2006). 

 

l'atelier du peintre,gustave courbet,le maître d'ornans


                   L'Atelier du peintre (1855) de Gustave Courbet
                                   (Musée d'Orsay, Paris).

01/03/2014

PAYSAGES FANTASTIQUES DE GUSTAVE COURBET

 

Gustave Courbet (1817-1877), peintre français, affiche un réalisme et une liberté d'opinion qui déplaisent souvent au public bourgeois du XIXe siècle. Certaines de ses œuvres provoquent des scandales : "l'Enterrement à Ornans", "les Baigneuses", "le Retour de la conférence" refusé au Salon de 1863 pour outrage à la morale religieuse. "L'Origine du monde", tableau peint pour un diplomate turc, ne sera découvert par le public qu'en 1995, au musée d'Orsay, soit plus d'un siècle après la mort de Courbet.

 


Voici deux tableaux où la Nature sauvage, fantastique, inspire profondément Gustave Courbet avec ses roches gigantesques, ses gouffres effrayants, ses eaux ruisselantes et sombres : "le Gour de Conche" (Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie, Besançon, France) et le "Paysage fantastique aux rochers anthropomorphes"* (Musée de Picardie, Amiens, France).

 

*anthropomorphe : qui a la forme d'un corps humain ou l'apparence humaine.

 

 

gustave courbet,peintre,paysages fantastiques,le gour de conch,paysage fantastique aux rochers anthropomorphes

  

                       "Le Gour de Conche" (1864) de Gustave Courbet.

 

gustave courbet,peintre,paysages fantastiques,le gour de conch,paysage fantastique aux rochers anthropomorphes

 

 "Paysage fantastique aux rochers anthropomorphes" (vers 1865)
 de Gustave Courbet.