Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2012

QUELQUES AUTRES EXTRAITS DE L'ABIME

LES CHÊNES :


"Vers les onze heures, le rassemblement du plan, maintenant réduit, se déplaça sur la muraille. Le bourdonnement des tronçonneuses montait plus fort, plus aigu, parfois, semblait-il, accompagné d'un cri de souffrance, les branches maîtresses s'effondraient avec un bruit sourd de membres arrachés, des images d'anciens supplices, écartèlement, roue, os rompus, assaillaient les cerveaux. Un vent violent s'éleva brusquement, pareil à une clameur de haine, empli d'odeurs de forêts dévastées et de sacrilège. Ils partirent, selon la rituelle habitude, à midi sonné, navrés, simulant ne rien comprendre alors qu'ils savaient tout, marchant vers la gamelle en cortège d'enterrement. Marc se rappelle qu'il resta seul, figé par l'émotion, une douleur vive au creux de l'estomac, offrant au Gouffre dénaturé, aux chênes mutilés et bientôt abattus, un moment de silence, une première compassion." 



VISIONS :


"Il contemple le ciel. De grands éclairs silencieux, des nuages pareils à des montagnes se meuvent lentement, dômes et coupoles, tours du zénith, corniches au-delà du vertige se superposent vers les empires de l'éternité et de la nuit. Parfois un éclair plus puissant que les autres, sans doute le regard d'un dieu, laisse deviner en d'ultimes abîmes, dans le lointain des millénaires, des constellations inconnues et des chiffres maléfiques. Puis un Pierrot cherchant la lune se montre derrière les carreaux, il questionne du regard l'archéologue avant que deux grosses larmes semblables à des limaces ne coulent sur son masque de cire."

 

L'Abîme, Christian Jougla, illustration, Marianne Schumacher

 

Illustration de Marianne Schumacher

EXTRAITS DE L'ABIME

EFFRÈNE :



"Le Sud occitan, des Pyrénées aux Alpes, se compose d'une multitude de petits royaumes frères mais rivaux, concurrents mais complices, liés par l'Histoire et souvent antinomiques par leur histoire. Ces communautés farouchement secrètes ont pour capitale un bourg, pour modèles et suzerains de vieilles familles enracinées depuis au moins la croisade des albigeois, pour langue l'occitan lorsque l'on aborde les choses sérieuses, c'est-à-dire battre au foot ou au rugby, aux boules ou au tambourin la cité voisine et ressasser cet illusoire exploit afin de meubler le temps en espérant beaucoup des prochaines confrontations. Diversité sans division, divergences convergentes, ces parcellarisations se fragmentant encore créent depuis bientôt mille ans un ensemble multiple et cohérent, tout à coup étrange, inquiétant même, dans "l'avant-arrière-pays" héraultais, dans cette région miniaturisée : le Clermontais."



PANDORA :


"Il l'avait rencontrée lors de sa première année estudiantine à Montpellier ; elle fréquentait déjà une "avant-garde", durant cette époque, aux jeans moulants, cols roulés, sveltesse et cheveux à tous les vents, qui se voulait une accélération de l'Histoire et fleurait bon la liberté, la route, Kerouac et Marcuse. Sartre et Beauvoir trônaient dans toutes les librairies. Ah ! comme l'on s'amusait naguère, à l'ombre des utopies, inventant jour après jour, sans trop le savoir, mai 68. Quelle différence avec le temps présent ! Lui, Morandi, n'avait pas vu grand-chose jusque-là, une vie enclose à Uzès, ensuite une existence cloîtrée de pensionnaire à Nîmes, quelques liaisons anodines empreintes de bien trop de ruralité lors des vacances."


 

L'Abîme, Christian Jougla, Marianne Schumacher, illustration

Illustration de Marianne Schumacher

L'ABIME

L'Abîme, Christian Jougla, Marianne Schumacher, livre

Illustration de Marianne Schumacher

Roman (278 pages) - Collection "Infini", 2007.

 

 

Dans le sud de la France, près de Clermont-l'Hérault, "se tapit au creux d'un vallon un improbable hameau", Effrène, chérissant, à la fin du XXe siècle, le passéisme et "l'utopie d'une réalité immuable." Un gouffre insondable, lieu redouté derrière le rempart du village, semble plonger dans les abysses. Un énigmatique quartier au sol boueux et une "ancienne léproserie, haut lieu des désespérances", servent d'asiles aux nostalgies.

 


D'étranges alliances se nouent entre certains habitants de ce hameau singulier : un élève obstiné, à bord d'un esquif, parvient à convaincre de l'inviolabilité du gouffre le maître d'école, laïc railleur, le transformant en "romantique du sacré et de l'énigme". Un médecin, rationaliste, cynique, marche dans le sillage du notaire, poète inspiré, sans doute devin.

 



Parfois, un aigle d'une envergure exceptionnelle hante le ciel d'Effrène et perpétue, peut-être, le mythe de Prométhée...

 



Percevant avec une profonde angoisse qui imprègne ses descriptions apocalyptiques les sacrilèges irréversibles perpétrés par l'Homme envers la Nature, Christian JOUGLA, l'auteur de MANDORGUES, prouve une fois encore combien il excelle dans le genre difficile du roman gothique.

 

 

Éditions des Ateliers de la Licorne.