Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2017

"JARDIN DE L'HOTEL-DIEU..." PAR VAN GOGH

 

Décembre 1888. Vincent Van Gogh s'allonge sur son lit, prêt à mourir. Au sol, des serviettes ensanglantées, utilisées pour arrêter l'hémorragie de son oreille droite dont il a tranché le lobe avec un rasoir.

 

Le peintre sombre dans la folie. Le soleil noir de la démence éclate dans son cerveau en fusion, succédant au soleil rougeoyant qui embrasait sans répit son esprit, son coeur. Vincent Van Gogh est interné à l'Hôtel-Dieu. De nouvelles crises d'épilepsie apparaissent. Les médecins l'isolent dans une cellule. 

 

"Si, après le drame de l'oreille coupée, Van Gogh se remet à peindre, c'est pour lutter contre la folie. Mais ça n'est pas que pour cela. Ses tableaux ne sont pas "thérapeutiques". Il s'inscrivent dans le grand œuvre de sa vie, comme les tableaux qui ont précédé et ceux qui suivront. Vincent écrit à plusieurs reprises que la peinture ne le fatigue pas, c'est au contraire l'impossibilité de peindre qui le ferait mourir... Aucune création ne peut se réduire à son contexte." (Roland Pécout).

 

Il réalise le Jardin de l'Hôtel-Dieu à Arles, toile apaisée, aux parterres fleuris bien ordonnés, aux bâtiments assagis. Quelques arbustes, au premier plan, se révoltent à peine de cette paix si nouvelle dans la tête de Van Gogh, sa tête récemment "prise par les angoisses et par les crises."

 

"La peinture, pour Van Gogh, est bientôt le seul lien qui le rattache à la vie. Les tableaux de ce temps-là donnent souvent l'impression d'une intensité accrue qui, cependant, n'a rien à voir avec son état maladif. Seulement dans la mesure où il est conscient, il est soudain pris d'une rage de création qui se justifie par le fait qu'il veut rattraper le temps perdu. Ces oeuvres révèlent la peine qu'il prend à ne pas se résigner et à prévenir de nouvelles crises par un travail encourageant et en créant des soupapes de sécurité à ses violents sentiments." (Ingo F. Walther).

 

(Bibliographie : . Itinéraire de Van Gogh en Provence par Roland Pécout (Les Éditions de Paris, 1994).

. Van Gogh par Ingo F. Walther (édition originale : Benedikt Taschen, 1987. Traduction française : Catherine Jumel).

 

(Écrit par Améthyste)

 

 

van_gogh_hotel_dieu.jpg

 

Jardin de l'Hôtel-Dieu à Arles (1889) par Vincent Van Gogh

(Collection Oskar Reinhart, Winterthur, Suisse)

Site : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=13004_21

 

05/01/2017

"LA NUIT ETOILEE" PAR VINCENT VAN GOGH

 

Dans ce tableau de Vincent Van Gogh : La Nuit étoilée, tout est volutes : le ciel, les nuages, ou plutôt "des bras spiraux". Un immense croissant de lune s'intègre dans une boule de feu, des étoiles semblables à des soleils, les monts des Alpilles, les arbres et les massifs. Au premier plan, un cyprès dont le faîte ondule et s'élance à la rencontre d'un ciel bleu éclairé d'étoiles diffusant une clarté d'un or éblouissant. La flèche d'un clocher paraît onduler elle aussi.

 

"C'est une des rares toiles qui fait abstraction d'une imitation minutieuse de la nature pour donner libre cours à l'inspiration quant aux formes et aux couleurs pour provoquer une atmosphère particulière : le ciel tout entier n'est plus que la scène d'un événement cosmique des plus dramatiques [...] Le caractère immédiat et la force d'expression sont ici accentués par l'emportement impulsif du pinceau. [...] Par cette vision (d'apocalypse peut-être), Van Gogh tente de se délivrer d'émotions surnaturelles et d'exprimer en images sa quête de l'infini dans la nature." (Ingo F. Walther).

 

 


Malgré les Alpilles, ce n'est pas un paysage méditerranéen que peint Van Gogh "mais plutôt une vision du Nord. Une nostalgie d'enfance... Pour le peintre, il n'y a plus de paix possible. Seulement l'évidence, ressentie dans sa chair, que le monde n'est pas fait d'objets mais de forces." (Roland Pécout).

 



Au Salon des Indépendants, en 1889, La Nuit étoilée est mal placée, presque invisible aux yeux du public...

 

(Bibliographie : . Itinéraire de Van Gogh en Provence par Roland Pécout. (Les Éditions de Paris, 1944).

. Van Gogh par Ingo F. Walther (édition originale : Benedikt Taschen, 1987. Traduction française : Catherine Jumel).

 

(Écrit par Améthyste)

 

 

 la nuit étoilée,van gogh,peinture,volutes

 

 

                    La Nuit étoilée (1889) par Vincent Van Gogh.

                       (The Museum of Modern Art, New York)


 

01/01/2017

LES CADEAUX DE VAN GOGH A SES AMIS

BONNE ANNÉE 2017 !

 

Les tableaux de Vincent Van Gogh ne se vendirent que très rarement de son vivant. Son frère Théo les achetait, Théo, mécène et marchand, qui subventionna l' "Atelier du Midi" en échange d'un envoi régulier des toiles, d'Arles pour celles de Vincent et de Pont-Aven pour celles de Gauguin. Si les tableaux de Van Gogh se vendaient peu, en revanche ils circulaient beaucoup !

 


Le docteur Félix Rey, un jeune médecin, accompagnait parfois Vincent dans ses promenades. Le peintre, reconnaissant, offrait ses œuvres à ses amis, à ses médecins, à son facteur... Mais que devenaient-elles ? Le Portrait du docteur Félix Rey, à Arles, pendant quelque temps servit "à boucher un trou dans un poulailler. On prétend que des toiles offertes au docteur Peyrou (ou récupérées par lui), ont servi plus tard, de cible pour faire du tir à la carabine. [...] Apprécié dans le milieu des peintres, Vincent Van Gogh, apparaissait aux gens de la rue comme un incompréhensible barbouilleur."

 

 

Ce peintre abritait dans son cerveau et dans son cœur des soleils qui les embrasaient, bourreaux dispensateurs de brûlures atroces. Il peuplait la Nature des belles volutes échappées de son esprit...


(Bibliographie : Itinéraires de Van Gogh en Provence par Roland Pécout. Les Éditions de Paris, 1994).

 

 

(Écrit par Améthyste)

 

vincent van gogh,peintre,portrait du docteur félix rey,théo van gogh

           Portrait du docteur Félix Rey (1889) par Vincent Van Gogh.

                   (Musée des Beaux-Arts Pouchkine, Moscou)