Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

"PAYSAGE AVEC HERCULE" DE NICOLAS POUSSIN

Hercule, solidement campé sur une plate-forme rocheuse au sommet du mont Aventin, une des sept collines de Rome, vient de vaincre en combat singulier le géant Cacus qui s'écroule le long de la falaise.

 



Cacus, fils de Vulcain et divinité romaine primitive du feu, vivait dans une caverne de l'Aventin. La légende fit de Cacus un brigand. Il déroba à Hercule les bœufs de Géryon en les emmenant à reculons. Mais Hercule devina la ruse et le tua. Cette victoire d'Hercule symbolise la victoire du Bien sur le Mal.

 


Une atmosphère inquiétante s'étend sur le ciel déchiré de nuages qui le transpercent par fulgurances, sur les rocs et les arbres sombres, sur la barque qu'un homme debout fait avancer à grands efforts sur l'eau dont la couleur se fond dans le paysage. Seul, un groupe de quatre personnages, au premier plan, aux corps à peine vêtus, apporte un peu de lumière à cette toile que les historiens d'art considèrent comme un des sommets de l'œuvre de Nicolas Poussin.

 


Ce tableau est au Musée des Beaux-Arts Pouchkine à Moscou.

 

paysage avec hercule,nicolas poussin,mont aventin,géant cacus,boeufs de géryon,peinture

               

                     "Paysage avec Hercule" de Nicolas Poussin.

02/10/2015

"LA CHUTE DES GEANTS" DE JULES ROMAIN

Jules Romain (Giulio Romano), peintre et architecte italien, fut le décorateur du Palais du Te à Mantoue, en Italie, de 1525 à 1534, son œuvre majeure.

 



Élève et collaborateur de Raphaël à Rome, il sera ensuite influencé par Michel-Ange. Son style est une des faces du maniérisme.

 



La fresque "La Chute des Géants" représente les dieux de l'Olympe spectateurs de cette chute. Autour d'une coupole, dieux, géants et chevaux émergent de nuages compacts formant une sorte de deuxième coupole d'où les géants sont projetés dans le vide.

 



Les nuances pastel des corps et des chevaux, les couleurs vives des tuniques, et tout le petit monde turbulent des dieux et des géants se pressant les uns contre les autres attirent les regards dans tous les points de la fresque à donner le vertige.

 



Ouranos, le Ciel, ayant fertilisé Gaïa, la Terre, de son sang, des êtres fabuleux naquirent : les Géants. Ces ingrats tentèrent de prendre l'Olympe mais Zeus et Héraclès repoussèrent leur assaut par la foudre et les flèches.

 

la chute des géants,jules romain,fresque,palais du te,maniérisme,dieux de l'olympe,géants


 
                                  "La Chute des Géants" de Jules Romain. 


Perin del Vaga, un autre peintre italien, réalisa lui aussi une fresque maniériste sur ce même thème au palais Doria à Gênes, en Italie : "Jupiter foudroie les Géants" (vers 1530).

                           

31/07/2015

"LES CHEVAUX DE NEPTUNE" DE WALTER CRANE

Admirables "Chevaux de Neptune" de Walter Crane, une marine mythologique de 1893 ! Les rouleaux de l'océan semblent être le prolongement du corps des chevaux, tous d'un blanc bleuté, en harmonie avec l'écume. Leurs sabots sont palmés, ce qui paraît absolument naturel...

 



À l'arrière-plan, sa longue chevelure blanche rejetée en arrière par la course, à l'image des crinières des chevaux, Neptune et ses somptueux équidés, dans un même franchissement des vagues, dans un même élan, apportent une extraordinaire vitalité à chacun de leurs mouvements.

 


Comment ne pas éprouver le désir de monter à cru un de ces splendides chevaux, de s'enivrer d'un galop effréné éclaboussé par les vagues épousant le rythme de cette ardente chevauchée ?

 


Walter Crane possède une science indéniable de la représentation du mouvement en peinture, de la composition subtile des couleurs et du rythme suggestif des lignes.

 

les chevaux de neptune,walter crane

   

                         "Les Chevaux de Neptune" (1893) de Walter Crane.

24/07/2015

"VENUS MARINE" DE THEODORE CHASSERIAU

Cette "Vénus marine" (1838) est une incontestable merveille avec sa perfection, sa beauté idéale, sa sensualité et... sa pureté, car elle semble bien innocente cette splendide déesse de la Beauté et de l'Amour. Vénus lève ses bras en corbeille au-dessus de sa tête pour soulever et tordre une lourde chevelure. C'est la représentation de la Femme sublime, de la Femme éternellement belle, l'inspiratrice de tant de peintres, d'écrivains et de poètes...

 


Théodore Chassériau fut l'élève d'Ingres dès l'âge de douze ans, mais plus tard il suivra l'enseignement de Delacroix qu'il admire. Avec la "Vénus marine", le Salon bien conventionnel de 1839 s'imprègne d'une fraîcheur nouvelle. L'écrivain et critique d'art Théophile Gautier écrit : "D'un sentiment exquis et tout à fait original, elle inaugure un type de femme étrange et tout à la fois sensuelle et délicieuse."

 


Le peintre apporte à ce tableau précieux sa sensualité romantique, un lyrisme empreint de nostalgie, de regrets d'amours perdues ou refusées. Son art est voluptueux et dense.

 

vénus marine,chassériau,peinture,sensualité,romantisme,déesse de la beauté et de l'amour

 

                  "Vénus marine" (1838) de Théodore Chassériau.

26/06/2015

"PROSERPINE AUX ENFERS" DE ROSSETTI

Une toile de Dante Gabriel Rossetti, un des fondateurs du mouvement préraphaélite, représente la déesse de la germination des plantes, devenue reine des enfers : "Proserpine aux Enfers".

 


La tristesse de cette magnifique créature, son regard perdu dans une contemplation intérieure désespérée, tragique, un renoncement aux joies de la Terre, aux richesses de la Nature, que l'on peut lire sur son visage si fin où le nez un peu long et les lèvres charnues apportent un charme surprenant, voire inquiétant, et sa sensualité vénéneuse retiennent l'attention.

 



C'est une femme d'une beauté fascinante qui posa pour Rossetti et qui en fut l'idole exclusive : Jane Morris Burden, l'épouse du peintre William Morris.

 


Ce tableau recrée le mythe de Proserpine, fille de la déesse des moissons, qui après avoir été enlevée par Pluton, le dieu souverain des Morts, et transportée dans son royaume sous terre, fut enfermée dans une chambre. Un sonnet affiché tout en haut de la toile apporte un élément littéraire à cette pièce inquiétante où un miroir, à l'arrière-plan, semble éclairer le visage et le cou de la jeune femme. Elle vient de mordre dans un fruit, une grenade laissée là à son intention. Elle ignore qu'en goûtant un aliment appartenant au monde souterrain, elle s'unit au royaume de Pluton.

 


"... les plis du vêtement de la déesse s'organisent en une grande arabesque liée à la ligne du cou et au mouvement du bras, et une maléfique vapeur d'encens, ou d'opium, sort de la cassolette..."

 

(Bibliographie : Art Nouveau. Textes de Jean-Paul Bouillon (Éditions d'Art Albert Skira, Genève, 1994).


 

proserpine aux enfers,rossetti,peinture,mythologie,préraphaélisme,jane morris burden,pluton,dieu des morts

     

                           "Proserpine aux Enfers" (1873-1877)

                                   de Dante Gabriel Rossetti.