Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2015

CEZANNE ET SES POMMES DANS UN CERISIER

Paul Cézanne s'emportait facilement et passait quelques-unes de ses colères sur ses toiles qu'il perçait à coups de couteau à palette. Son fils, alors qu'il était tout enfant, participait gaiement à cette destruction.

 


"Il y faisait des trous, à la grande joie de son père : - "Le fils a ouvert les fenêtres et les cheminées; il voit bien, le petit bougre, que c'est une maison !"

 

Dans son entourage, on avait un tel respect pour le peintre, que lorsqu'il laissait dans le jardin, ou jetait sur le poussier, dans son atelier, une toile lacérée, on veillait à ce qu'elle fût mise au feu. Aussi peut-on citer comme un cas unique le sauvetage d'une Nature morte que Cézanne avait jetée par la fenêtre et qui resta longtemps accrochée à la branche d'un cerisier. Comme on avait vu Cézanne rôder autour de l'arbre, armé d'une gaule, on pensa qu'il avait l'intention de "reprendre" son tableau, et l'on se garda d'y toucher.

 

J'assistai au décrochage de la toile. Je me promenais dans le jardin avec Cézanne et son fils; le peintre, qui marchait à quelques pas en avant, la tête un peu inclinée, se retourna tout à coup, et s'adressant à son enfant : "Fils, il faudrait décrocher les Pommes. J'essaierai de pousser cette étude !" (Ambroise Vollard).

 

(Bibliographie : En écoutant Cézanne, Degas, Renoir d'Ambroise Vollard. Préface de Maurice Rheims de l'Académie française. Éditions Bernard Grasset, 1938).


 

paul cézanne,pommes,nature morte aux pommes,baigneuses,cerisier

 

 "Nature morte aux pommes et aux oranges" (1895-1900) de Paul Cézanne.

Une autre nature morte "Rideau, cruchon et compotier" a atteint cinquante-deux millions d'euros dans une vente aux enchères, en 1999.



Mais voici d'autres fruits, peut-être défendus ceux-là...

paul cézanne,pommes,nature morte aux pommes,baigneuses,cerisier

                               "Baigneuses" (1874-1875) de Paul Cézanne.

 

26/03/2015

EDGAR DEGAS, LE PERFECTIONNISTE

Edgar Degas n'appréciait pas que l'on changeât les cadres de ses œuvres, pas plus qu'il n'aimait laisser sortir ses toiles de son atelier car il désirait toujours "arranger" un détail.

 


"Une fois, entre autres, invité à dîner chez un de ses vieux amis, il ne dépassa pas l'antichambre, ayant aperçu, dès l'entrée, un de ses tableaux dans un cadre d'or. Degas avait décroché le tableau. Avec une pièce de deux sous, il souleva les pointes qui retenaient au cadre la toile et l'emporta sous son bras. [...] On ne le revit plus jamais."

 


Une de ses relations, M. Rouart, qui n'ignorait pas que Degas voulait toujours "reprendre un détail dans ses œuvres, même les plus travaillées, avait jugé prudent d'attacher ses fameuses Danseuses par une chaîne au mur.
- Dites donc, Rouart, il y a là ce pied... Avec une toute petite retouche...
Mais l'autre n'avait nulle inquiétude, sûr de la solidité de la chaîne."

 

(Bibliographie : En écoutant Cézanne, Degas, Renoir par Ambroise Vollard. Préface de Maurice Rheims de l'Académie française. Éditions Bernard Grasset, 1938).

 

edgar degas,peintre,danseuses

 

 

                         "L'École de danse" (1879-1880) par Edgar Degas.

 

19/03/2015

MARY CASSATT EN TOUTE MODESTIE

Ambroise Vollard, dans Souvenirs d'un marchand de tableaux, écrit que Mary Cassatt, peintre et graveur, n'aimait pas mettre ses propres œuvres en valeur dans le monde.

 

"Dans une exposition impressionniste où Mary Cassatt prenait véhémentement partie pour ses camarades :
- Mais, dit quelqu'un, s'adressant à Mary Cassatt sans savoir à qui il parlait, parmi tous ceux que vous citez, vous oubliez un peintre que Degas place très haut...
- Qui donc ? fit-elle, très étonnée.
- C'est Mary Cassatt.
Sans fausse modestie, très naturellement, elle eut cette exclamation :
- Ah bah !
- Ça doit être une femme-peintre ; elle est jalouse, murmura l'autre en s'en allant."

 

(Bibliographie : Mary Cassatt par Jay Roudebush. Traduit de l'américain par Marie-Hélène Agüeros. Flammarion, 1980).

 

mary cassatt,peintre,graveur

                                   "Jeune Femme lisant" de Mary Cassatt. 

10/01/2014

LE CARNAVAL DE VENISE

La magie de Venise... Venise la captivante, mystérieuse, culturelle, touristique... les maîtres de l'école vénitienne de peinture dont nous avons aimé parler au fil de ces pages...  le Carnaval de Venise, lieu de séduction, où (presque) tout est permis...  

 

Aujourd'hui, l'approche du Carnaval de Venise nous attire. Du 15 février au 4 mars 2014 se déroulera cette somptueuse fête traditionnelle italienne née au XIe siècle. Son thème :

 

"Le merveilleux et le fantastique dans la Nature.

Un carnaval de contes de fées - La forêt fantastique" 

(Direction artistique : Davide Rampello) 

 

carnaval_venise.jpg

Costumes et masques lors d'un Carnaval à Venise

  

Le programme sur le site officiel du Carnaval de Venise 2014 :

http://carnevale.venezia.it/news.php?id=5158

 

Sur le site ci-après, vous trouverez des photographies de masques parmi les plus beaux :

http://mpg1246.centerblog.net/rub-carnaval-de-venise-.htm...

 

 

04/01/2014

2013 ET L'ART CONTEMPORAIN

En 2013, l'Art contemporain fit souvent l'objet de spéculations extrêmes. De nouveaux milliardaires, en Russie, en Chine, en Inde, au Brésil et dans le Golfe, découvrirent cet art en tant que fonds d'investissement.

 

Des artistes peintres, décédés au XXe siècle, ne purent malheureusement pas voir leur cote grimper à une allure vertigineuse. Parmi eux, citons Francis Bacon (Dublin 1909 - Madrid 1992), peintre britannique qui eut une grande influence sur la "nouvelle figuration" internationale, ou Andy Warhol (Pittsburg 1928 - New York 1987), peintre et cinéaste américain d'origine slovaque, l'un des représentants du pop art.

 

warhol_musee.jpg

  Au Musée Andy Warhol de Medzilaborce (Slovaquie)

  

Mais Jeff Koons, peintre américain vivant (né à York, Pennsylvanie, États-Unis 1955) après avoir été courtier à Wall Street, choisit l'Art contemporain comme "vecteur privilégié de merchandising". Voici une de ses œuvres : Puppy

  

puppy_koons.jpg

Puppy (Musée Guggenheim de Bilbao, Espagne) 

 

Vous le devinez, chers Lecteurs, ce Puppy gigantesque m'amuse plus que les montants outranciers et autres surenchères des œuvres picturales...