Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2017

"LE VOYAGE" PAR BAUDELAIRE

  "Le Voyage

 



Pour l'enfant, amoureux de cartes et d'estampes,
L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

 


Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le cœur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :

 


Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme ;
D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,
Astrologues noyés dans les yeux d'une femme,
La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

 


Pour n'être pas changés en bêtes, ils s'enivrent
D'espace et de lumière et de cieux embrasés ;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

 


Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir ; cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !

 


Ceux-là dont les désirs ont la forme des nues,
Et qui rêvent, ainsi qu'un conscrit le canon,
De vastes voluptés, changeantes, inconnues,
Et dont l'esprit humain n'a jamais su le nom !"

 


(Charles Baudelaire. Extrait des Fleurs du mal).

 

 

 

(Présenté par Améthyste)

    

baudelaire,le voyage,poème

 

                   "Ulysse et les Sirènes" par John William Waterhouse.

 

06/04/2017

ARTHUR RIMBAUD

Arthur Rimbaud (1854-1891)


Adolescent, il étonne ses maîtres par son intelligence brillante, ses dons remarquables pour l'étude, sa virtuosité en vers latins. Les poèmes qu'il compose dès l'âge de seize ans : Le Bal des pendus, Le Bateau ivre, révèlent un génie d'une étonnante précocité. 


À dix-sept ans, il rencontre Verlaine à Paris. Ils ont une liaison tumultueuse et insultent les écrivains dans les cafés parisiens. Deux ans plus tard, "Verlaine, ivre, blesse Rimbaud au bras d'un coup de pistolet parce qu'il ne veut plus partager avec lui son errance." Rimbaud écrit Une saison en enfer, Les Illuminations, puis renonce à la littérature à dix-neuf ans. 


"En 1878, c'est l'appel du Sud. Voilà Rimbaud le vagabond chef de chantier à Chypre. Puis, en 1880, après une attaque de typhoïde, commerçant en Éthiopie, à Aden... Tour à tour trafiquant d'armes, exportateur de café, photographe, explorateur... L'enfant impertinent est devenu un homme austère, au visage émacié, au regard profond marqué par ses échecs successifs. [...] Ses Illuminations ont été publiées à son insu, en 1886, grâce à Verlaine."


"L'homme aux semelles de vent", comme l'appelait Verlaine, atteint d'une tumeur au genou, subit une amputation et meurt, à trente-sept ans, après une longue et douloureuse agonie.

 

(Bibliographie : Arthur Rimbaud, Poésies. Grands textes classiques - L. Mangavelle, 1993).

 

(Écrit par Améthyste) 

 arthur rimbaud,poète,verlaine,les illuminations

 

                                              Portrait d'Arthur Rimbaud par Carjat.

30/03/2017

"LENDEMAIN" PAR CHARLES CROS

 "Lendemain

 


Avec les fleurs, avec les femmes,
Avec l'absinthe, avec le feu,
On peut se divertir un peu,
Jouer son rôle en quelque drame.

 


L'absinthe bue un soir d'hiver
Éclaire en vert l'âme enfumée,
Et les fleurs, sur la bien-aimée
Embaument devant le feu clair.

 


Puis les baisers perdent leurs charmes,
Ayant duré quelques saisons.
Les réciproques trahisons
Font qu'on se quitte un jour, sans larmes.

 

On brûle lettres et bouquets
Et le feu se met à l'alcôve,
Et, si la triste vie est sauve,
Restent l'absinthe et ses hoquets.

 

Les portraits sont mangés des flammes :
Les doigts crispés sont tremblotants...
On meurt d'avoir dormi longtemps
Avec les fleurs, avec les femmes."

 

(Charles Cros).

 

(Présenté par Améthyste)

 

charles cros,poète,lendemain de charles cros,poème

                            

                                                 "Le Buveur" par Paul Cézanne

09/03/2017

SORTILEGE : ANIMATIONS DE CHRISTIAN JOUGLA

Christian JOUGLA présentera SORTILÈGE, son nouveau roman fantastique (édité par La Clef d'Argent) :

 

à la Bibliothèque municipale de VIEUSSAN (Hérault)

le vendredi 10 mars 2017 à 18 heures

http://laviedeshautscantonsdoc.blogs.midilibre.com/ 

 

à la Bibliothèque municipale de ROUJAN (Hérault)

le mercredi 15 mars 2017 à 18 heures

 

et à Salle des Fêtes de CABRIÈRES (Hérault)

le mardi 11 avril 2017 à 18 heures. 

 

Christian JOUGLA espère que ses Lectrices et Lecteurs, ainsi que les fidèles Visiteuses et Visiteurs de ce blog, viendront nombreux l'écouter et participer à ses passionnantes animations.

 

 

(Article écrit par Améthyste)

SORTILEGE PAR CHRISTIAN JOUGLA

SORTILÈGE, le nouveau roman de Christian JOUGLA, préfacé par Jonas LENN, vient de paraître aux Éditions La Clef d'Argent.

  

"Au cœur de l'été, lorsque se calment les bourrasques et que la sempiternelle tempête affûte ses armes furieuses et glaciales, on peut percevoir un bruit étrange, profond, venu d'incommensurables abysses, une rumeur particulière aux Grands Causses, la plainte sans fin, toujours renouvelée de l'instant qui passe et meurt, des millénaires en fuite, l'approche inexorable du néant."
(Extrait)

 

J'ai le plaisir de vous présenter dans ce blog dédié à Christian JOUGLA un extrait de Sortilège : 

 

"Lodève somnole et rêve, Lodève se souvient... Maintenant... elle n'a que ça à faire, dorer ses murailles grises au soleil printanier, oublier l'hiver, attendre la canicule et le festival annuel "les Voix de la Méditerranée". Alors la Lergue, rivière sans crues et sans naufrages, s'animera un peu, oh ! un tout petit peu. Les retraités oublieront, eux aussi, une semaine durant pénates et rhumatismes. Ils croiseront des artistes entrevus vaguement à la télé et des écrivains qu'ils ne liront jamais, puis ils reparleront une énième fois, regrets dans la voix, yeux humides, de l'époque drapière des métiers à tisser, du sculpteur Dardé. Ils ne verront plus le site grandiose, les hautes collines qu'ils ont trop regardées, et la Vierge vertigineuse, sentinelle de l'au-delà, sauvegarde d'une menace immémoriale émanant des sentiers abrupts, des roches rouges, de ces forêts sombres et pentues, peut-être d'ailleurs car cet ailleurs n'est pas loin, au bout d'un tunnel démesuré, frontière d'un autre monde, le Larzac."

 

Dans son site, "Fabienne Leloup : Symboles et analogies", Fabienne Leloup consacre un article au dernier roman de Christian Jougla, article intitulé "Sortilège de Christian Jougla : entre la Colline de Giono et Les Hauts de Hurlevent d'E. Brontë"

(Site : http://fabienneleloup.canalblog.com/)

 

Le 9 décembre 2016, Le Petit Journal relate la présentation de son roman par Christian Jougla à Laurens, dans l'Hérault :

"Laurens. Une rencontre, un auteur : Christian Jougla. Un écrivain surprenant."

 

Et, pour tous ceux qui, comme moi, outre la prodigieuse imagination de cet écrivain dans le difficile art de l'écriture du roman fantastique, apprécient ses incomparables descriptions, voici un deuxième extrait :

 

"Sur le Larzac, on rencontre parfois une route ancienne qui s'enfonce entre tertres et talus, quelques herbes rases jaunes ; des guérets maigres en dessinent les sinuosités accompagnées de pins noueux et tortueux, d'indestructibles buis, de genévriers à demi secs. Ce chemin fut sans doute goudronné comme l'attestent de rares plaques de bitume, en tout cas il continue malgré les entrelacs de ronces jusqu'à un hameau perdu, désolation de la désolation, haut lieu des solitudes. Une dizaine de grosses fermes qui eurent leur époque d'opulence se trouvent là, couvertes de la tête aux pieds, toits et murs, d'ardoises devenues grises et moussues. Portes et contrevents rongés par les intempéries arborent de vilaines teintes blanchâtres ; d'épaisses ferrailles, de lourdes serrures les protègent encore malgré la rouille. De sombres venelles séparent les bâtiments, boueuses, parsemées de flaques d'eau glauques, envahies de végétations rudérales, elles écrivent à livre ouvert que les années d'élevage, moutons et bovidés, sont bien révolues."

 

 

(Article écrit par Améthyste.)