Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

CHRISTIAN JOUGLA A SAINT-VINCENT-D'OLARGUES

CHRISTIAN JOUGLA présentera et dédicacera son nouveau roman fantastique, Sortilège (Éditions La Clef d'Argent),  le :

 

14 MAI 2017

lors d'un apéritif dînatoire

à SAINT-VINCENT-D'OLARGUES.

 

Nous espérons que vous serez nombreux pour cette rencontre qu'il animera avec le talent de conteur que nous lui connaissons.

 

(Écrit par Améthyste.)

 

10/05/2017

"TEMPETE DE NEIGE SUR MER" DE TURNER

 

william turner,tempête de neige sur mer,peintre

 

                                    "Tempête de neige sur mer" de William Turner.

"Par son imprécision mouvante, l'image artistique est surtout poésie ; elle se fait alors le truchement des pulsions et des élans, des forces confuses et ardentes que le peintre sent vivre en lui !" (René Huyghe).

 

William Turner (1775-1851), peintre britannique, se dirige très tôt vers le paysage et l'aquarelle. Il réalise de nombreuses études de la campagne anglaise. Puis, il aborde l'huile, influencé par les paysagistes classiques et surtout par Claude Lorrain. Il recherche des effets de lumière de plus en plus audacieux tandis que ses sujets se dématérialisent jusqu'à l'abolition presque intégrale des formes.


(Bibliographie : L'Art et l'Âme de René Huyghe de l'Académie française (Flammarion, 1980).

 

(Écrit par Améthyste)

04/05/2017

"DANS LES BOIS ! " DE NERVAL

      "Dans les bois !

 


Au printemps l'Oiseau naît et chante :
N'avez-vous pas ouï sa voix ?...
Elle est pure, simple et touchante,
La voix de l'Oiseau - dans les bois !

 


L'été, l'Oiseau cherche l'Oiselle ;
Il aime - et n'aime qu'une fois !
Qu'il est doux, paisible et fidèle,
Le nid de l'Oiseau - dans les bois !

 


Puis quand vient l'automne brumeuse,
Il se tait... avant les temps froids.
Hélas ! qu'elle doit être heureuse
La mort de l'Oiseau - dans les bois.

 

(Gérard de Nerval).

 

(Présenté par Améthyste)

   

savery_paysage_oiseaux.jpg

     

              "Paysage avec des oiseaux" (1628) de Roelant Jakobsz Savery.

28/04/2017

CHRISTIAN JOUGLA PRESENTAIT SORTILEGE A ROUJAN (HERAULT)

Le 15 mars 2017, Christian JOUGLA présentait et dédicaçait, à Roujan, dans l'Hérault, son nouveau livre, SORTILÈGE, édité par La Clef d'Argent.

 

Voici un extrait de l'article du Midi Libre relatant cette animation :

 

 

"Roujan. Christian Jougla présente son dernier livre

 

Il y a quelques jours, Christian Jougla a présenté Sortilège, son quatrième roman, [...] dans la salle de la bibliothèque du foyer rural. Ce Gabianais, ancien viticulteur, est un écrivain atypique, un homme de théâtre imaginatif et un occitaniste convaincu.

 

"Le texte de Sortilège est en français, mais je l'ai pensé en occitan", affirme-t-il. [...] 

Le cœur de son roman, c'est l'agonie de certaines campagnes, petits villages, hameaux autrefois florissants. Il s'inspire de sa prime enfance, marquée par les premières années de la Seconde Guerre mondiale qu'il a passées dans le Larzac.

 

Il en garde des souvenirs terrifiants. Il a encore en mémoire les périples pour aller au ravitaillement, les tortillards bondés, les trajets en char en bœufs jusqu'à la ferme, les animaux dans la maison en guise de chauffage...

 

Il poursuit dans son roman sa quête de fantastique méridional au carrefour de l'irrationnel et de la raison, de la création et de la réflexion littéraires.

 

Il est publié par La Clef d'Argent dans la collection FiKhThOn."

 

 

(Retranscrit par Améthyste)

 

 

 

20/04/2017

CHARLES BAUDELAIRE

Charles Baudelaire (1821-1867)



"Le jeune Charles Baudelaire était une espèce de dandy dégoûté par le monde et par la société." (Jean d'Ormesson).


Sa vie semble s'intégrer au romantisme le plus traditionnel, mais sa réflexion invente le symbolisme. Il préfère le symbole à l'objet, sa vision de la nature à la nature réelle ; grand critique d'art, il préfère le tableau au modèle.


Un voyage dans l'Océan Indien éveille en lui le goût de l'exotisme. Il découvre dans la nature les "correspondances" : "Les parfums, les couleurs et les sons se répondent". Correspondances qu'il étudie aussi dans les "mouvements" et les rythmes en littérature : Hoffmann, De Quincey, et surtout Edgar Allan Poe dont il traduit l'œuvre, également en peinture avec Delacroix et en musique avec Wagner.



Les Fleurs du mal, grand recueil de poèmes, valent à Baudelaire, en 1857, une condamnation en correctionnelle. Son désir de dissocier l'art et la beauté de la morale et de la vertu n'est pas compris d'autant qu'il cultive le goût de la provocation.


"Baudelaire passe à la postérité avec un seul volume. Les vers faibles n'y manquent pas. Mais d'autres ont une splendeur incomparable et une sorte de magie flotte sur les femmes damnées, les vampires, les divans, les étoffes et les fleurs, les chevelures dénouées, les navires dans les ports." (Jean d'Ormesson).


Il tente de se suicider, la syphilis le conduit à la paralysie totale. L'immense poète déchiré entre la beauté et le spleen, entre Dieu et Satan, meurt à quarante-six ans.

 

(Bibliographie : Une autre histoire de la littérature française par Jean d'Ormesson de l'Académie française, NiL éditions, 1997).

 

(Écrit par Améthyste)

 

 

baudelaire,fleurs du mal,symbolisme,exotisme,correspondances

                            

                 "Portrait de Baudelaire" par Gustave Courbet.