Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2019

"LE SOUVENIR" PAR POUCHKINE

    "Le Souvenir

Lorsque pour le mortel se tait le jour bruyant,
Quand par les rues muettes de la ville
S'étend l'ombre à demi transparente des nuits
Et le sommeil, prix des labeurs du jour,
C'est alors que pour moi se traînent en silence
Les longs instants d'une veille accablante.
Dans cette nuit oisive en moi brûle plus fort
Au fond du cœur la dent de mon serpent ;
De pénibles pensers, des rêveries se pressent
Dans mon esprit écrasé par l'angoisse.
Le souvenir déploie devant moi sans un mot
Son long rouleau, son parchemin sans fin.
Et relisant ma vie, écrasé de dégoût,
Je ne sais plus que trembler et maudire.
Et, amer, je me plains, mais les larmes amères
N'effacent pas les lignes douloureuses."

(Pouchkine)

(Traduction de Jean-Louis Backès. Bibliographie : Pouchkine par Jean-Louis Backès. Éditions du Seuil, 1966).

 

le souvenir,pouchkine,poème

    

             Les Adieux de Pouchkine à la mer (1877) par Répine et Aïvazovsky.

01/08/2019

"LA CHUTE DES GEANTS" PAR JULES ROMAIN

Jules Romain (Giulio Romano), peintre et architecte italien, fut le décorateur du Palais du Te à Mantoue, en Italie, de 1525 à 1534, son œuvre majeure.

 



Élève et collaborateur de Raphaël à Rome, il sera ensuite influencé par Michel-Ange. Son style est une des faces du maniérisme.

 



La fresque la Chute des Géants représente les dieux de l'Olympe spectateurs de cette chute. Autour d'une coupole, dieux, géants et chevaux émergent de nuages compacts formant une sorte de deuxième coupole d'où les géants sont projetés dans le vide.

 



Les nuances pastel des corps et des chevaux, les couleurs vives des tuniques, et tout le petit monde turbulent des dieux et des géants se pressant les uns contre les autres attirent les regards dans tous les points de la fresque à donner le vertige.

 



Ouranos, le Ciel, ayant fertilisé Gaïa, la Terre, de son sang, des êtres fabuleux naquirent : les Géants. Ces ingrats tentèrent de prendre l'Olympe mais Zeus et Héraclès repoussèrent leur assaut par la foudre et les flèches.

 

la chute des géants,jules romain,fresque,palais du te,maniérisme,dieux de l'olympe,géants


 
                                  La Chute des Géants par Jules Romain. 


Perin del Vaga, un autre peintre italien, réalisa lui aussi une fresque maniériste sur ce même thème au palais Doria à Gênes, en Italie : Jupiter foudroie les Géants (vers 1530).

                           

25/07/2019

"MONTAGNE SAINTE-VICTOIRE" PAR CEZANNE

La Montagne Sainte-Victoire, dont Paul Cézanne réalisa de nombreuses toiles pendant les dernières vingt années de sa vie, me paraît être une évocation intéressante. Le peintre a abandonné la représentation parfois violente de la Nature que l'on voit dans ses premières œuvres.

 



La Montagne Sainte-Victoire, où, enfant, il se promenait avec Émile Zola qui avait un an de moins que lui, est pour les Aixois le symbole de la sainteté triomphante, mais pour Cézanne elle était magique.

 



Dans l'une de ses toiles (1904-1906), les arbres, au premier plan, s'étirent jusqu'au ciel et se mêlent à lui. Une surprenante toile (1904-1905) me fait penser à une peinture chinoise. La montagne est à peine esquissée, des taches de couleur figurent les maisons et les arbres. Les nuages passent devant le sommet de la montagne, devenue une énorme masse rocheuse presque indistincte. La Montagne Sainte-Victoire doit certainement  être magique !

 


Voici une toile qui se trouve au Museum of Art de Philadelphie.

 

montagne sainte-victoire,cézanne

 

                        Montagne Sainte-Victoire (1904) par Paul Cézanne.

 

18/07/2019

LA CAPPADOCE

Si vous aimez les sites aux impressionnants monuments rupestres, la Cappadoce, située dans la région centrale de l'Asie Mineure ancienne, vous attend.

 

La Cappadoce est arrosée par le haut Halys, aujourd'hui le Kizil Irmak, "le Fleuve Rouge", qui constituait la frontière entre Lydiens, peuple ancien de l'Anatolie, dont le dernier souverain fut Crésus, et Mèdes, peuple de l'Iran ancien, dont le dernier souverain, Astyage, fut renversé par le Perse Cyrus (vers 585-550av. J.-C.).

 

La Cappadoce était au cœur de l'Empire hittite (IIIe-IIe millénaire av. J.-C.), dont le nom vient de Hatti, nom que portaient, au IIIe millénaire, le bassin de l'Halys, son peuple et la langue parlée par ce peuple. Intégrée à l'Empire perse, elle fut l'objet de disputes entre les souverains grecs puis se vit ravagée par les Galates, peuple celte envahisseur de la Grèce au IIIe siècle av. J.-C. La Cappadoce devint une province romaine en 18 de notre ère.

 

La Cappadoce est célèbre pour ses églises rurales de l'époque byzantine, réparties dans le cirque de Zelve, les zones de Cavus In, de Göreme, vallon célèbre par son paysage de cheminées des fées, pyramides ou colonnes de terre coiffées d'une pierre protégeant leur partie supérieure. 

 

cappadoce_goreme.jpg

Parc national de Göreme

(photographie par Georges Jansoone)

 

Ces monuments rupestres utilisent les plans intérieurs que réalisaient les architectes byzantins. Les peintures de la première période, du VI au VIIIe siècle, associent les motifs narratifs, tels que la vie du Christ ou la vie des saints, par exemple dans l'église St-Jean-Baptiste de Çavus In, à ceux, classiques, d'une imagerie primitive comme les arbres de paradis, la vigne, etc. On y voit aussi des motifs rappelant les décors du Bas-Empire. La période suivante subit une régression due à des incursions arabes.

 

Puis, les églises présentent des similitudes avec l'art de la renaissance macédonienne, l'apogée de l'art byzantin. Trois tendances se dessinent alors : le réalisme, la schématisation et la préciosité. L'art chrétien disparut ensuite dans ces régions qui, au XIe siècle, tombèrent aux mains des Seldjoukides, dynastie turque, de religion musulmane.

 

cappadoce_paysage.jpg

 Paysage de la Cappadoce

(photographie : Brocken Inaglory. Edit by CillantXC)

 

11/07/2019

"PORTRAIT EQUESTRE DU PRINCE BALTASAR CARLOS" PAR VELASQUEZ

L'infant, don Baltasar Carlos, sur une jument nerveuse, prend une pose altière et regarde gravement le peintre. La jument, vue de dessous, est surprise dans son trot vif. Magnifique contraste entre l'attitude de l'enfant imperturbable et celle du jeune animal fougueux.

 


Dans ce portrait équestre, Vélasquez aspire à immortaliser l'enfant et la jument dans leur réalité de créatures jeunes, pleines de vie et à retranscrire la poésie d'un instant fugace.

 


Il a été dit, parfois, que Vélasquez se servait de la Nature comme d'un rideau de fond. Mais c'est inexact pour le Portrait équestre du prince Baltasar Carlos. Le panorama de sierras et de forêts de chênes entourant Madrid et dans lequel, selon Paul Claudel, "les montagnes dansent leurs rondes en chœur", est minutieusement étudié. On aperçoit au loin la montagne la Malicieuse dans la chaîne centrale de Guadarrama.

 

Ce tableau est au Musée du Prado, à Madrid.

 

portrait équestre du prince baltasar carlos,vélasquez,peinture,infant,jument,sierras

 

    Portrait équestre du prince Baltasar Carlos (vers 1634) par Vélasquez.