Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2016

"L'ATELIER DU PEINTRE" DE COURBET

Gustave Courbet (1819-1877), que l'on nomme souvent "le Maître d'Ornans" (Doubs), où il est né de parents propriétaires terriens, réalise en 1855 L'Atelier du peintre qu'il sous-titre Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale.

 



Dans ce tableau figurent le théoricien politique Proudhon, considéré comme le fondateur de l'anarchisme (au fond, troisième personnage à droite du modèle), l'écrivain Champfleury, défenseur de l'esthétique réaliste (assis), et le poète Baudelaire lisant.

 

 

"Courbet, par l'accouplement hardi de ces deux mots incompatibles : allégorie réelle, a voulu signifier qu'il entendait présenter au public, sous une forme tangible, les idées auxquelles il a appliqué ses réflexions depuis 1848, et dont il a proposé des solutions ou des réalisations dans ses œuvres, en même temps que, par reconnaissance, il groupait autour de lui les amis qui l'ont soutenu et encouragé dans sa lutte pour faire triompher ses théories."

 


Le jury de l'Exposition universelle de 1855 refuse ce tableau et déclare qu'il faut arrêter à tout prix les tendances en art de Gustave Courbet, qui sont désastreuses pour l'art français.



Le peintre expose ses tableaux refusés dans un baraquement à proximité de l'Exposition. Une enseigne est placée sur la porte de sa "baraque" :

                                              "Le Réalisme
                                               G. Courbet
                             Exhibition de 40 tableaux de son œuvre.
                                        Prix d'entrée : 1 franc."  

 

(Bibliographie : Courbet par Georges Riat. Sirrocco, London, 2006. Confidential Concepts, worldwide, USA, 2006). 

 

l'atelier du peintre,gustave courbet,le maître d'ornans


                   L'Atelier du peintre (1855) de Gustave Courbet
                                   (Musée d'Orsay, Paris).

11/03/2016

"LA BATAILLE D'ALEXANDRE" D"ALTDORFER

Parmi les reproductions historiques, "La Bataille d'Alexandre" d'Albrecht Altdorfer reste un chef-d'œuvre admirable. Altdorfer réalisa ce tableau en 1529.

 


Ce peintre, graveur et architecte allemand, fut un représentant majeur de l'"école du Danube". Dürer et Cranach l'influencèrent. Il possédait de nombreux dons de naturaliste, paysagiste, coloriste et luministe.

 


La Bataille d'Alexandre se trouve à la Pinacothèque de Munich.

 

 

la bataille d'alexandre,albrecht altdorfer,peintre,graveur,architecte,école du danube,reproductions historiques

 

                        La Bataille d'Alexandre d'Albrecht Altdorfer.
 

03/03/2016

LE CHATIMENT DE PROMETHEE DE J. JORDAENS

Le Châtiment de Prométhée de Jacob Jordaens


Jacob Jordaens, peintre flamand (vers 1593-1678) influencé par Rubens, le Caravage, Bassano, demeura profondément naturaliste.


Le mythe de Prométhée inspira de nombreux écrivains et penseurs : Hésiode, Eschyle dans l'Antiquité, Byron, Shelley et Gide dans les temps modernes.


Prométhée, un Titan, déroba dans le ciel le feu pour le transmettre à l'humanité. Zeus le condamna à être enchaîné sur le Caucase, où un aigle -attribut de Zeus et pouvant tenir la foudre dans ses serres- vint chaque jour lui ronger le foie qui se recréait sans cesse. Héraclès mit fin au terrible supplice de Prométhée en tuant l'aigle d'une flèche.

 

jacob jordaens,peintre naturaliste,le châtiment de prométhée,titan,aigle,caucase,zeus

                            Le Châtiment de Prométhée (1640) de Jacob Jordaens.

27/02/2016

"LE CYGNE MENACE" DE JAN ASSELYN

Comment, parfois, l'Histoire transforme à son avantage un tableau en symbole du patriotisme...

 


Un cygne furieux, ailes déployées, bec grand ouvert, exprime sa colère. Jan Asselyn, peintre hollandais du XVIIe siècle, a probablement voulu représenter avec "le Cygne menacé" (ou le Cygne en colère) (1650) un oiseau défendant sa couvée contre le chien qui nage vers elle.

 


Une inscription postérieure, "De Raadspensionaris" (le Grand Pensionnaire), a transformé ce tableau en allégorie : la vigilance de Johann de Witt défendant la Hollande et qui conclura la paix avec Cromwell. Toutefois, Johann de Witt ne fut nommé conseiller pensionnaire qu'en 1653, soit un an après la mort du peintre.

 


Mais qu'importe que le patriotisme hollandais du XVIIe siècle ait voulu donner un sens plus profond à une scène animalière !

 

le cygne menacé,jan asselyn,peintre,cygne en colère

 

 

                      Le Cygne menacé (1650) de Jan Asselyn.

19/02/2016

"BACCHANALE A LA JOUEUSE DE GUITARE" DE N. POUSSIN

Nicolas Poussin, peintre du XVIIe siècle qui réalisa de nombreuses œuvres mythologiques, représenta dans cette toile une fête célébrant Bacchus, le dieu romain du vin, de la vigne et des délires mystiques.

 


Bacchus (le dieu grec Dionysos) est le fils de Jupiter et de la princesse de Thèbes, Sémélé. À la mort de Sémélé, foudroyée pour avoir voulu contempler son auguste amant dans toute sa splendeur, Jupiter cache le fœtus dans sa cuisse jusqu'à ce que l'enfant soit prêt à naître.

 


Bacchus, dieu des fleurs, du lierre, des arbres, devient tout naturellement le dieu des vignobles, de la sève végétale et de la fécondité virile. Les boucs et les Satyres, demi-dieux mi-hommes mi-boucs, sont les éléments mâles de son cortège, composé aussi de Ménades, les prêtresses divines, et de Bacchantes, les prêtresses humaines.

 


La "Bacchanale à la joueuse de guitare" réunit quelques femmes et hommes aux tuniques très colorées et des enfants prenant part, eux aussi, à cette fête de la Vigne tout en écoutant la joueuse de guitare, alors que des nuages sombres s'amoncellent au-dessus de cette scène encore bien innocente.

 

bacchanale à la joueuse de guitare,nicolas poussin,peintre,oeuvres mythologiques,bacchus,bacchantes,fête de la vigne


      "Bacchanale à la joueuse de guitare" (vers 1630) de Nicolas Poussin.