Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2015

"LA CHUTE DES GEANTS" DE JULES ROMAIN

Jules Romain (Giulio Romano), peintre et architecte italien, fut le décorateur du Palais du Te à Mantoue, en Italie, de 1525 à 1534, son œuvre majeure.

 



Élève et collaborateur de Raphaël à Rome, il sera ensuite influencé par Michel-Ange. Son style est une des faces du maniérisme.

 



La fresque "La Chute des Géants" représente les dieux de l'Olympe spectateurs de cette chute. Autour d'une coupole, dieux, géants et chevaux émergent de nuages compacts formant une sorte de deuxième coupole d'où les géants sont projetés dans le vide.

 



Les nuances pastel des corps et des chevaux, les couleurs vives des tuniques, et tout le petit monde turbulent des dieux et des géants se pressant les uns contre les autres attirent les regards dans tous les points de la fresque à donner le vertige.

 



Ouranos, le Ciel, ayant fertilisé Gaïa, la Terre, de son sang, des êtres fabuleux naquirent : les Géants. Ces ingrats tentèrent de prendre l'Olympe mais Zeus et Héraclès repoussèrent leur assaut par la foudre et les flèches.

 

la chute des géants,jules romain,fresque,palais du te,maniérisme,dieux de l'olympe,géants


 
                                  "La Chute des Géants" de Jules Romain. 


Perin del Vaga, un autre peintre italien, réalisa lui aussi une fresque maniériste sur ce même thème au palais Doria à Gênes, en Italie : "Jupiter foudroie les Géants" (vers 1530).

                           

25/09/2015

"MONTAGNE SAINTE-VICTOIRE" DE CEZANNE

La Montagne Sainte-Victoire, dont Paul Cézanne réalisa de nombreuses toiles pendant les dernières vingt années de sa vie, me paraît être une évocation intéressante. Le peintre a abandonné la représentation parfois violente de la Nature que l'on voit dans ses premières œuvres.

 



La Montagne Sainte-Victoire, où, enfant, il se promenait avec Émile Zola qui avait un an de moins que lui, est pour les Aixois le symbole de la sainteté triomphante, mais pour Cézanne elle était magique.

 



Dans l'une de ses toiles (1904-1906), les arbres, au premier plan, s'étirent jusqu'au ciel et se mêlent à lui. Une surprenante toile (1904-1905) me fait penser à une peinture chinoise. La montagne est à peine esquissée, des taches de couleur figurent les maisons et les arbres. Les nuages passent devant le sommet de la montagne, devenue une énorme masse rocheuse presque indistincte. La Montagne Sainte-Victoire doit certainement  être magique !

 


Voici une toile qui se trouve au Museum of Art de Philadelphie.

 

montagne sainte-victoire,cézanne

 

                        "Montagne Sainte-Victoire" (1904) de Paul Cézanne.

 

11/09/2015

"PORTRAIT EQUESTRE DU PRINCE BALTASAR CARLOS" DE VELASQUEZ

L'infant, don Baltasar Carlos, sur une jument nerveuse, prend une pose altière et regarde gravement le peintre. La jument, vue de dessous, est surprise dans son trot vif. Magnifique contraste entre l'attitude de l'enfant imperturbable et celle du jeune animal fougueux.

 


Dans ce portrait équestre, Vélasquez aspire à immortaliser l'enfant et la jument dans leur réalité de créatures jeunes, pleines de vie et à retranscrire la poésie d'un instant fugace.

 


Il a été dit, parfois, que Vélasquez se servait de la Nature comme d'un rideau de fond. Mais c'est inexact pour le "Portrait équestre du prince Baltasar Carlos". Le panorama de sierras et de forêts de chênes entourant Madrid et dans lequel, selon Paul Claudel, "les montagnes dansent leurs rondes en chœur", est minutieusement étudié. On aperçoit au loin la montagne la Malicieuse dans la chaîne centrale de Guadarrama.

 

Ce tableau est au Musée du Prado, à Madrid.

 

portrait équestre du prince baltasar carlos,vélasquez,peinture,infant,jument,sierras

 

    "Portrait équestre du prince Baltasar Carlos" (vers 1634) de Vélasquez.

28/08/2015

"LE CHATEAU NOIR" DE CEZANNE

"Le Château Noir" est serti dans la semi-pénombre d'un sous-bois. Une impressionnante porte rouge flamboie sur la muraille ocre du bâtiment, percée de fenêtres gothiques.

 


Le Château Noir était en réalité une vieille bâtisse enfouie dans les pins d'une grande propriété, située sur la route entre Aix et le Tholonet, avec vue sur la Montagne Sainte-Victoire.

 


Cézanne obtint la permission d'utiliser une des pièces pour en faire son atelier. Il réalisa beaucoup de croquis et tableaux du Château Noir et de la Montagne Sainte-Victoire.

 

le château noir,cézanne,peintre,sous-bois

 

                             "Le Château Noir" de Paul Cézanne. 

21/08/2015

"LES ALYSCAMPS" DE PAUL GAUGUIN

Gauguin vit chez son ami Van Gogh et les deux peintres se promènent souvent dans l'antique cimetière des Alyscamps, en Arles. Ils décident de réaliser chacun une toile de ce cimetière, fin 1888.

 


Gauguin se place à l'extérieur de l'allée aux peupliers où trois personnages, épaule contre épaule, posent. Van Gogh, lui, a peint plusieurs toiles des Alyscamps, cette même année, mais avec des silhouettes en mouvement. Il s'est installé parfois entre les deux rangées de peupliers, parfois à l'extérieur.

 


Les couleurs, à la fois douces et vives, de Gauguin, ainsi que sa touche légère, contrastent avec la facture en pleine pâte et les traits plus audacieux de Van Gogh. Les deux hommes sont souvent en désaccord, surtout en peinture...

 


Des écrivains et des poètes, de Dante à Henry James, se sont promenés dans l'allée de la nécropole romaine des Alyscamps. Ce tableau a un charme mélancolique. Les trois personnages, des Arlésiennes, voient couler à leurs pieds le canal de Craponne.

 



"La touche du pinceau, toujours hachurée, s'arrondit en flammèches, brossant un paysage tout en courbes harmonieuses."

 

(Bibliographie : Gauguin (Ouvrage collectif, extrait : Les œuvres par Isabelle Cahn. Éditions Adam Biro, 1988).


 

les alyscamps,paul gauguin,van gogh,arles,cimetière des alyscamps,canal de craponne

 

                              "Les Alyscamps" de Paul Gauguin.