Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/05/2013

"UN PHILOSOPHE LISANT" DE FRAGONARD

Un homme très âgé, à califourchon sur une chaise, un bras posé sur des centaines de feuilles, une main crispée sur le dossier de sa chaise, déchiffre fébrilement, le regard presque halluciné, un grimoire posé sur sa table de travail. Plus rien n'existe pour lui, hormis le Savoir, sa nourriture spirituelle, qu'il cultivera jalousement jusqu'à son dernier souffle.


 

"Venant de la gauche, de derrière la tête du vieillard, la lumière dramatise cette image de l'action, glissant le long des arêtes où elle trouve à courir, plis des vêtements, tranches du livre, mèches de cheveux, saillies des doigts et du visage. Mais tel est l'étonnant renversement que permet le jeu pictural de Fragonard : quoique dérivant d'une source naturelle la lumière semble aussi bien éclairer le livre qu'en émaner. Ce double éclairage, à la fois intérieur et extérieur, physique et spirituel, est le secret de langage inventé par le peintre pour donner à son image toute sa richesse dynamique."

 

(Bibliographie : Fragonard, l'instant désiré par Florian Rodari (Éditions Herscher, Paris, 1994).

 

(Écrit par Améthyste)

 

fragonard,un philosophe lisant

  

                     "Un Philosophe lisant" (vers 1769) de Jean Honoré Fragonard

                                                           (Kunsthalle, Hambourg).

  

27/04/2013

"OANNES" D"ODILON REDON

Odilon Redon (1840-1916), peintre, dessinateur et graveur de l'étrange, du "fantastique", disait que ses dessins nous placent, "ainsi que la musique, dans le monde ambigu de l'indéterminé". Redon, avec ses deux mille œuvres, accomplit un itinéraire conduisant de l'Enfer au Ciel.


Monstre mythique, Oannès, moitié homme et moitié poisson, aurait civilisé la Chaldée. Certains l'identifient à plusieurs divinités de l'Asie.
Odilon Redon donne une forme serpentine à la partie poisson de la créature.

"Oannès, la Mort verte, l'Homme au serpent... autant de titres qui indiquent que ces œuvres appartiennent au cycle de la Nuit, aux songes anciens du mal et de la mort."

Mais, étrangement, cette toile revêt les couleurs de la vie grâce à des accords chromatiques aux irradiations d'aurore pour lesquels Redon abandonne les forces maléfiques et s'élance vers des visions paradisiaques.

 

(Bibliographie : Redon par Alec Wildenstein. Éditions de Vergeures, Paris, 1982).

 

(Écrit par Améthyste)


 

odilon redon,peintre,dessinateur,graveur,oannès,monstre mythique,fantastique

                                  

                                          "Oannès" (1905-1906) d'Odilon Redon
                                                        Gemeentemuseum, La Haye.

20/04/2013

"UN COIN DE TABLE" DE FANTIN-LATOUR

Henri Fantin-Latour (1836-1904), peintre et lithographe français, réalisa des portraits individuels ou collectifs tels que "l'Atelier des Batignolles" en hommage à Édouard Manet, et "un Coin de table" où l'on voit assis autour de la table, de gauche à droite : Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Léon Valade, Ernest d'Hervilly et Camille Pelletan. Debout : Pierre Elzéar, Émile Blémont et Jean Aicard.


En 1860, Fantin-Latour, âgé de vingt-quatre ans, se spécialisa dans les natures mortes afin de gagner sa vie. Il avait déjà fait deux séjours en Angleterre où ses tableaux de fruits, de fleurs, peints avec une maîtrise exceptionnelle, rencontraient un vif succès alors qu'il était à peine connu en France.


Il réalisa aussi des toiles inspirées par la musique et des allégories de personnages féminins. Mais ce n'est que dans les années 1890, l'opinion française appréciant enfin son œuvre, qu'il put peindre ses natures mortes par plaisir, libéré des contraintes matérielles.

 

(Écrit par Améthyste)

 

henri fantin-latour,un coin de table,peintre,lithographe


 
                                       "Un Coin de table" (1872) de Henri Fantin-Latour.

13/04/2013

LE SYMBOLISME DE FERDINAND ROUCHTCHITZ

Voici "Nec mergitur",  où un bateau fantastique, dont la proue ressemble à une gueule écarlate s'entrouvrant pour s'abreuver de vagues monstrueuses qui reflètent les voiles rougeoyantes,  symbolise le "Hollandais volant", le plus célèbre des vaisseaux fantômes, condamné à errer sur les océans pour l'éternité.

 

(Écrit par Améthyste)

 

ferdinand rouchtchitz,nec mergitur,hollandais volant,vaisseau fantôme

 


  "Nec mergitur" (1904-1905) de Ferdinand Rouchtchitz
       (Musée des Beaux-Arts de Lituanie).

06/04/2013

"LE FOU ERRANT" DE JEROME BOSCH

"Le Fou errant" est l'un des épisodes du triptyque "Le Char de foin" de Jérôme Bosch. Les volets fermés de l'œuvre comportent cet aliéné vagabond.


En réalisant "Le Char de foin" qui date de sa "période de maturité", entre 1485-1490 et le début du XVIe siècle, Jérôme Bosch peint, par la représentation du cortège qui accompagne le char, la marche de l'humanité traversant, jusqu'à sa perte fatale, la folie des délices de la vie terrestre.



"Le Fou errant", un vagabond au visage inquiet, vêtu de loques, sa hotte maintenue sur son dos par une bandoulière lui enserrant le buste, un bâton à la main, va s'engager sur un petit pont.

 

"Son vêtement, sa démarche, le chien qui le menace sont conformes à l'iconographie traditionnelle du "mat", le fou du jeu de tarots. Il figure l'homme traversant le monde sans souci du sort de son âme, dans une inconscience semblable à celle de la folie. Dans ce paysage presque monochrome où seuls les fonds apportent une note bleue, on voit les traces du mal dont il est le théâtre : ossements dépouillés de leur chair par les oiseaux, voleurs détroussant un passant, danseurs s'abandonnant aux rythmes de l'obscène cornemuse, au loin le gibet." (J. Combe).


Ce triptyque a appartenu aux collections du roi d'Espagne Philippe II.

(Bibliographie : Jérôme Bosch. Tisné, éditeur - Amis des Arts, 1963).

 

(Écrit par Améthyste)

 

jérôme bosch,le fou errant,triptyque le char de foin


 
                        "Le Fou errant" de Jérôme Bosch (Musée du Prado, Madrid).