Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2012

L'EGYPTE - PEINTURES MURALES (XVIIIe DYNASTIE)

 

LA PEINTURE À TRAVERS LES ÂGES

 

Quatrième partie : L'ÉGYPTE.  PEINTURES MURALES (XVIIIe DYNASTIE. 1552-1295 avant notre ère)

 

J'aborde avec fascination un "espace-temps sacré", l'Égypte ancienne, et je vous invite, chers Visiteurs, à une exploration dont je ne serai pas le guide tant, en habitués de ce blog, vous connaissez tous le site ÉgyptoMusée de Richard Lejeune, qui, je le souhaite, lira ces lignes avec un regard bienveillant.

 

Quelques éléments, dont le titre de cette publication, ont été rectifiés d'après les précieuses indications, à la suite de ce texte, du commentaire de Richard Lejeune.

 

"Hérodote nous a transmis une description de l'Égypte, dans le deuxième livre de ses Histoires, qui nous fait percevoir ce mélange d'étonnement et d'admiration qu'éprouve aujourd'hui encore, avec la même intensité, celui qui visite ce pays."

 

J'ai choisi de pénétrer dans le Nouvel Empire (1580 - 1085 avant notre ère) et plus précisément lors de la XVIIIe dynastie (1552 - 1295). La capitale est implantée à Thèbes. La monarchie pharaonique connaît son âge d'or et une intense activité artistique multiplie de magnifiques peintures ornant temples et tombes.

 

La profusion de ces peintures murales m'a conduite à vous présenter, ici, trois de ces merveilleuses réalisations qui m'ont enchantée, et que beaucoup, parmi vous, connaissent certainement déjà.

 

Mais, tout d'abord, j'ai relevé un hommage au Nil, qui assure, par ses crues, la fertilité des sols.

 

"Salut à toi, ô Nil, qui as surgi de terre, qui es venu pour faire vivre l'Égypte ! [...] C'est lui qui irrigue les champs, qui est créé par Rê pour faire vivre le bétail, qui désaltère le désert." (Hymne au Nil).

 

Voici des scènes agricoles représentant le labour des champs, la récolte des cultures et le battage du grain.

 

tombe_nakht_thebes.jpg

 

 

                                             Peinture murale de la tombe de Nakht,

                                                   XVIIIe dynastie, Thèbes

 

Ensuite, j'ai beaucoup aimé ces scènes de la vie quotidienne, et particulièrement celle des soins donnés à la vigne habillant des tonnelles (au milieu, à droite). La culture de la vigne était répandue surtout dans les régions marécageuses, les oasis, et dans le Fayoum dont il sera question dans une autre publication.

 

nakht_tombe.jpg

                              Scènes de la vie quotidienne, tombe de Nakht,

                                    Cheikh Abd el-Gourna, Thèbes Ouest,

                                                           XVIIIe dynastie

 

Enfin, un fragment peint, aux délicates et riches couleurs, nous présente une scène de chasse dans les marais.

 

Nebamon, debout dans une embarcation, brandit une arme de chasse. Derrière Nebamon, sa femme, luxueusement vêtue, est parée d'une couronne de fleurs surmontée d'un cône d'onguent.

 

De multiples symboles ornent cette scène idyllique : les oiseaux représentent "la transmigration et la résurrection" dans le monde des morts, les fleurs de lotus, symbole de renaissance, présagent pour le défunt "la béatitude dans l'au-delà."

 

 

égypte,bas-reliefs tombes,égypte xviiie dynastie,thèbes,nil,scènes agricoles égyptiennes,scènes de la vie quotidienne en égypte,scène de chasse en égypte

 

 

                                  Chasse dans les marais

(détail d'une peinture murale sur fond de torchis provenant

de la tombe de Nebamon à Dra Abou el-Naga, Thèbes,

XVIIIe dynastie, British Museum, Londres)

 

(Bibliographie : L'Égypte. L'Époque pharaonique par Alessia Fassone et Enrico Ferraris. Traduit de l'italien par Claire Mulkai. Éditions Hazan, Paris, 2008)

 

(À suivre)

 

(Écrit par Améthyste)

  

16/11/2012

"LA CALOMNIE D'APELLE" DE BOTTICELLI

 

Faisons une courte pause dans "la Peinture à travers les âges", si vous le voulez bien, pour rendre visite à Botticelli qui s'inspira de l'injustice subie par Apelle, peintre grec de l'Antiquité emprisonné pour une faute qu'il n'avait pas commise et auteur d'une peinture intitulée "la Calomnie" (ainsi que nous l'avons vu dans un précédent article, "Apelle, peintre grec du IVe siècle av. J.-C."), pour réaliser à son tour, vers 1495, une œuvre allégorique représentant la calomnie et autres vils sentiments et actes.



Ce tableau de Botticelli "surprend par son format relativement réduit (62 x 91 cm) ainsi que par la technique employée dont la finesse rappelle celle des miniatures."

 

Dans une salle ouverte, abondamment décorée de bas-reliefs et de sculptures, le roi, à droite de la toile, siège sur un trône. À ses côtés, les allégories du Soupçon et de l'Ignorance lui soufflent perfidement des ragots dans ses oreilles d'âne, symboles de sa sottise et de son manque de réflexion. Ses yeux sont fermés, refusant de voir la vérité et la justice. Il tend la main pour désigner au hasard qui prendra la parole.


La personnification de la Haine, un homme vêtu d'un vêtement sombre, tend agressivement le bras. Sa main, d'une longueur disproportionnée, veut frôler celle du monarque afin d'obtenir l'autorisation de déverser ses paroles haineuses. De l'autre main, il enserre fermement le bras de la Calomnie qui porte, de sa main droite, une torche symbole des mensonges qu'elle répand sur son passage. De la main gauche, l'allégorie de la Calomnie traîne sur le sol, en le tirant par les cheveux, sa victime, un adolescent à demi dévêtu dont la nudité rappelle l'innocence. Il joint vainement les mains suppliant d'être libéré.


Derrière la Calomnie, ses deux servantes, la Fourberie et la Fraude, revêtant l'apparence trompeuse de deux belles jeunes femmes, tressent les cheveux de leur maîtresse, les ornent hypocritement d'un ruban blanc et de roses symbolisant la pureté et l'innocence pour masquer ses mensonges. 



Plus loin, le Repentir est représenté par une personne très âgée, habillée d'une cape noire sur des vêtements déchirés. Elle se tourne avec un rictus vers le dernier personnage féminin, à gauche, l'allégorie de la Vérité, d'une beauté parfaite dans sa nudité intégrale, et qui me fait songer à la magnifique déesse peinte par Botticelli, dix ans plus tôt, lorsqu'il réalisa "la Naissance de Vénus". La superbe Vérité "fait un signe avec l'index de sa main droite pointé vers le haut, vers les Puissances dont on doit attendre le dernier jugement sur le mensonge et la vérité. Sans se préoccuper de ce que font les autres, tous en mouvement vers le roi, et donc totalement isolée d'eux, elle manifeste ainsi sa constance incorruptible."

 

(Bibliographie : Botticelli par Barbara Deimling. Édition particulière pour Le Monde. Taschen GmbH, 2005).

 

(Écrit par Améthyste)


 

botticelli_calomnie2.jpg

 

                       "La Calomnie d'Apelle" (vers 1495) de Botticelli.

 

07/11/2012

APELLE, PEINTRE GREC DU IVe SIECLE AV. J.-C.

LA PEINTURE À TRAVERS LES ÂGES

 

 


Neuvième partie : APELLE, CÉLÈBRE PEINTRE DE L'ANTIQUITÉ

 



Si Apelle, peintre grec du IVe siècle avant notre ère, sort de l'anonymat qui, jusqu'à cet article de la série "La Peinture à travers les âges", recouvrait ici d'ombre les artistes évoqués par leurs seules réalisations, les œuvres d'Apelle, en revanche, ont toutes été perdues. Toutefois, nous les connaissons par la description qu'en fera le philosophe grec et grand voyageur Lucien de Samosate, deux siècles plus tard, dans ses Dialogues.

 



Une des peintures d'Apelle dont le souvenir persiste est "La Calomnie", allégorie née à la suite d'une injustice qui le frappa. Le peintre Antiphilos, très envieux et beaucoup moins doué que son confrère Apelle, accusa ce dernier d'avoir participé à une émeute dirigée contre le roi Ptolémée, les deux peintres travaillant à la cour. Apelle fut retenu prisonnier jusqu'à ce que l'un des vrais meneurs eût apporté la preuve de l'innocence du peintre.

 

 

Ptolémée réhabilita Apelle et lui donna son collègue Antiphilos comme esclave. Apelle qui ne parvenait pas à dominer les craintes suscitées par l'injustice dont il avait été victime, conçut "La Calomnie".

 


Avant que deux millénaires ne se soient écoulés, Botticelli réalisera, vers 1495, "La Calomnie d'Apelle" dont je vous parlerai très prochainement. Ingres, en 1827, dans sa toile "L'Apothéose d'Homère" représentera Apelle qui d'une main conduit Raphaël et de l'autre main tient ses pinceaux et sa palette.

 


Mais retrouvons Apelle que Philippe II, père d'Alexandre III le Grand, manda à la cour de Macédoine. Notre peintre devint le portraitiste et l'ami d'Alexandre. Ne pouvant vous présenter aucune œuvre d'Apelle, j'ai choisi une mosaïque romaine, réalisée 100 ans avant notre ère, représentant Alexandre le Grand. J'aime imaginer que les artistes se sont inspirés des portraits peints par Apelle trois siècles plus tôt.

 


(Bibliographie : Botticelli par Barbara Deimling. Édition particulière pour Le Monde. Taschen GmbH, 2005).

 

(Écrit par Améthyste).

 

(À suivre).

 alexandre_mosaique.jpg


                     Alexandre le Grand sur son cheval Bucéphale
          (détail de la mosaïque romaine de Pompéi, 100 ans av. J.-C.,
représentant la bataille d'Issos, Musée national archéologique de Naples).

 

03/11/2012

POLYGNOTE, PEINTRE GREC DU Ve SIECLE AV. J.-C.

LA PEINTURE À TRAVERS LES ÂGES

 

 

Huitième partie : POLYGNOTE, LE FONDATEUR DE LA PEINTURE MURALE GRECQUE

 


L'écrivain latin Pline et le géographe grec Pausanias décrivirent, respectivement cinq et six siècles plus tard, les œuvres de Polygnote, peintre grec du Ve siècle avant notre ère, dont toutes les fresques furent détruites au cours des ans. Il est considéré comme le fondateur de la peinture murale grecque. Pline l'Ancien écrit dans Histoire Naturelle (XXXV, 59) :

"C'est [Polygnote] qui a peint [...] le portique à Athènes que l'on appelle Poecile : cela gratuitement, tandis que Micron, qui en peignit une partie, se fit payer."

 


Polygnote fut à l'origine du rendu des expressions. Il sut reproduire les transparences et maîtriser aussi le rendu de l'espace en créant des plans différents. Quelques-unes de ses œuvres ont survécu aux incendies et autres destructions comme ce vase, un lécythe funéraire, destiné à recevoir l'huile parfumée, représentant "Thésée enlevant Hélène" - Thésée, le roi légendaire d'Athènes qui inspira nombre de poètes tragiques et d'écrivains : Sophocle, Euripide, Boccace, Geoffrey Chaucer, Robert Garnier, Corneille, Racine, Gabriele D'Annunzio, André Gide -.

(Bibliographie : La Grèce antique par Stefania Ratto, traduit de l'italien par Todaro Tradito. Éditions Hazan, Paris, 2007).

 

(Écrit par Améthyste)

 

(À suivre).

 

polygnote_thesee.jpg

 

                         "Thésée enlevant Hélène" par Polygnote
                        (Musée national archéologique d'Athènes).

 

31/10/2012

PEINTURE SUR BOIS DANS LA GRECE ANTIQUE

LA PEINTURE À TRAVERS LES ÂGES



Septième partie : UNE PEINTURE SUR BOIS DÉDIÉE AUX NYMPHES



Entrons dans la période orientalisante et archaïque en Grèce, aux VIIe et VIe siècles avant notre ère. Le VIIe siècle, période d'effervescence humaine, intellectuelle et technique, trouve à Corinthe son foyer originel. La grande architecture classique prend forme avec ses deux ordres : dorique et ionique. La sculpture décore les monuments à Corfou, Delphes... Au VIe siècle se développent les recherches anatomiques. À Athènes, les potiers et les peintres créent les vases à figures noires, puis à figures rouges sur fond noir, avec des détails tracés au pinceau et non plus gravés.


J'ai choisi de vous présenter aujourd'hui une tablette de bois peint, datant de 540 avant notre ère, retrouvée dans une grotte consacrée au culte des nymphes, à Pitsa, entre Sicyone et Corinthe. Trois femmes, vêtues d'un péplum* bleu et d'un manteau rouge, s'avancent vers l'autel avec des rameaux de myrte. Deux enfants jouent de l'aulos** et de la lyre, un troisième conduit un mouton attaché avec une cordelette rouge, symbole de sa consécration aux dieux. Une femme, près de l'autel, tient une petite cruche et porte sur la tête la corbeille en osier rituelle contenant l'orge sacrée.


"Les tablettes de Pitsa sont parmi les très rares exemples parvenus jusqu'à nous d'une technique de peinture sur bois semblable à celle de la fresque murale. Les figures aux couleurs vives sont réalisées sur un fond blanc à base de plâtre (utilisé aussi pour inscrire sur des supports de bois des textes ou documents officiels)."

 

(Bibliographie : La Grèce antique par Stefania Ratto. Traduit de l'italien par Todaro Tradito. Éditions Hazan, 2007).



* péplum : Dans la Grèce antique, tunique féminine en laine, faite d'un rectangle de tissu enveloppant le corps et dont la partie supérieure est repliée sur le buste.



** aulos : Instrument de musique à air de l'Antiquité, à anche simple ou double, composé d'un ou deux tuyaux cylindriques ou coniques percés de trous.

 

(Écrit par Améthyste)

 

(À suivre).

 

grèce antique,peinture sur bois,culte des nymphes,pitsa

 

                        
Procession sacrificielle sur tablette de bois

(vers 540 avant notre ère) provenant de Pitsa

(Musée archéologique national, Athènes, Grèce)